Tendances :iOS 13iPhone 11Apple WatchSamsung Galaxy S10Android 10.0 Q
Vous êtes ici : KultureGeek Jeux vidéo Bilan de l’E3 2019 : les moments « show », les meilleurs jeux présentés, la VR, et les déceptions

Bilan de l’E3 2019 : les moments « show », les meilleurs jeux présentés, la VR, et les déceptions

L’E3 2019 a fermé ses portes il y a quelques jours, et il est déjà temps de faire le bilan de cette édition de « transition » entre deux générations de consoles. Si les annonces de grosses nouveautés ont été plutôt rares cette année, et les DLCs un peu trop nombreux, l’E3 a une nouvelle fois réservé son lot de belles confirmations, de vraies surprises, de moments « show », mais aussi de sacrées déceptions. C’est donc parti pour le débrief de l’E3 2019 :

Les jeux les plus prometteurs dévoilés au salonUn nouveau Zelda, Cyberpunk 2077 qui continue à fracasser des bouches, un Borderlands 3 peut-être un poil conservateur, un PES étourdissant de réalisme, un Doom Eternal jouissif, voici les 11 jeux qu’il ne fallait vraiment pas rater lors de cet E3 2019 :

    • Cyberpunk 2077 (PS4, Xbox One, PC): what else ? Encore une démo qui fracasse (même si les journalistes ont distingué cette fois des petites failles), le show tonitruant de Keanu Reeves… N’en jetez plus : Cyberpunk 2077, LE jeu qui nous fait rêver les yeux ouverts au futur du jeu vidéo, a une nouvelle fois été la grande vedette du salon.

    • Zelda Breath of the Wild 2 (Nintendo Switch) : l’une des très grosses surprises du salon; car on ne l’attendait pas du tout ce nouveau Zelda, toujours aussi beau, largement aussi prometteur que son devancier, ce Zelda BOTW 2 sera sans doute LE jeu qui finira de justifier l’achat d’une Nintendo Switch… pour ceux qui ne l’ont pas encore.

      • Doom Eternal (PS4, Xbox One, PC, Stadia): encore plus fun, avec une jouabilité plus « verticale »,  toujours plus affuté aussi en terme de réactivité et un mode multijoueur prometteur par dessus le marché : Doom Eternal promet des heures d’un plaisir de jeu à la fois skillé… et un brin coupable; surtout, le Doom Slayer reste plus que jamais le héros de JV qui m’a redonné envie de fracasser des têtes dans un FPS tout en hurlant « Yeah! » à chaque headshot.

      • Flight Simulator (PC): si Doom Eternal confirme le retour en grâce du fast-FPS, Flight Simulator est sans doute le revival qui va nous redonner envie de redevenir de véritables pilotes virtuels. Que dire aussi de cette réalisation absolument démentielle de détails, qui ne pourra sans doute tourner que sur un PC master class ?

      • Ori and the Will of the Wisps (Xbox One): plus beau jeu en 2D du salon (et de très loin), le nouvel Ori parvient encore à améliorer la formule quasi parfaite de son devancier; outre des graphismes à se fracturer la rétine, le jeu de Moon Studios fait largement évoluer son gameplay; Ori peut désormais se balancer, attaquer au corps à corps ou creuser des tunnels à toute vitesse. Hâte.

      • Final Fantasy VII Remake (PS4, exclusivité temporaire): c’est peu dire que l’on a longtemps douté de la capacité de Square Enix d’accoucher d’un remake juste potable. Au final, ce FF VII Remake est une vraie claque technique, avec une jouabilité dépoussiérée (semi temps-réel), qui semble littéralement sublimer l’œuvre originale sortie sur PS One.

    • 12 Minutes (PS4, Xbox One, Switch, PC): extrêmement intriguant, le jeu distribué par Annapurna Interactive détonne déjà en proposant une vue « d’en haut » très singulière; le scénario n’est pas en reste puisque le jeu s’inscrit dans une séquence de 12 minutes… qui se répète sans cesse. Cette boucle temporelle a aussi emprisonné le coeur des journalistes présents au salon; très prometteur.

    • Halo Infinite (Xbox Scarlett): je me dois d’avouer que je suis un immense fan de l’univers Halo. Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle le jeu du studio 343 se retrouve dans mon top du salon; la réalisation fantastique (et sans effets « d’épate ») ouvre une fenêtre sur la prochaine génération de consoles Xbox (Scarlett ?). 2020 est trop loin.

    • Watch Dogs Legion (PS4, Xbox One, PC): Ubisoft a été très convaincant avec ce Watch Dogs Legion plus « bac à sable » que jamais, qui surtout propose une évolution de gameplay assez fantastique : tous les PNJs visibles dans le jeu (TOUS!) pourront être enrôlés dans la légion de hackers-résistants en lutte dans un Londres Orwellien. Mais comment ont-ils fait ça ?

    • PES 2020 (Xbox One, PS4, PC): décidément, cet E3 est celui qui m’aura redonné envie de jouer à certains types de jeu. Trop de marketing autour des Fifa ? Et pourquoi pas ce bon vieux PES qui cette année affiche des mouvements de joueurs ultra-réalistes, une physique du ballon irréprochable, et des phases de jeu qui semblent enfin sortir des séquences répétitives ? Wow !

    • Fall Guys (PS4): est-il possible de faire un battle-royale sans armes ? Oui ! Fall Guys est un jeu de parcours un peu dingo dans lequel des dizaines de joueurs/bonhommes colorés tenteront le tout pour le tout afin de rester l’unique survivant. Vraiment très drôle, Fall Guys est peut-être tout simplement le meilleur jeu multi-joueurs présenté lors du salon.

 

Réalité virtuelle : un constat mitigé. Et la VR dans tous ça ? Peu de jeux VR étaient franchement dignes d’intérêts. Surtout, on s’étonne tout de même qu’en 2019, autant de jeux VR proposent encore une réalisation vraiment indigente, et ce après des titres comme Lone Echo ou Astrobot. Trois titres VR méritent toutefois d’être sortis du lot :

    • Lone Echo 2 (Oculus Rift S): la suite d’un des titres-référence de la VR s’est illustré lors du salon par un trailer et une longue séquence de gameplay. Le jeu de Ready at Dawn semble toujours aussi immersif et beau, sans même parler de ses qualités évidentes de mise en scène.

    • Pistol Whip : avec sa direction artistique radicale et son gameplay ultra nerveux, Pistol Whip est un shooter stylé qui devrait rallier de nombreux joueurs à sa cause. Energique.

    • ABE : La suite de l’excellent court de Rob McLellan sera une expérience VR intense, du moins c’est ce qui transparait dans ce trailer inouï, l’un des plus grands « chocs » de l’E3.

 

Les évènement SHOW de l’E3 2019. L’E3, c’est aussi et surtout du « show » et quelques évènements inattendus. Si le beau Keanu a cassé l’internet lors l’édition 2019, il n’a pas été pas été le seul à faire sensation. Place donc au Show :

      • « Vous êtes à couper le souffle » : Keanu Reeves dans Cyberpunk 2077, Keanu Reeves sur la scène de l’E3, et enfin, Keanu Reeves répondant du tac au tac à un fan enthousiaste que c’est bien ce dernier qui est à couper le souffle. Le nice guy d’Hollywood a une nouvelle fois été à la hauteur de sa superbe réputation.

      • Bam Bam, le chien de John Bernthal : lors de sa présentation de Ghost Recon Breakpoint (dans lequel il interprète un membre de commando), l’acteur John Bernthal a été totalement éclipsé par Bam Bam, son fidèle Rott; ce dernier s’est sagement couché aux pieds de son maître et a été d’une patience infinie. Soooooo Cute !

    • Le dévoilement de la borne d’arcade Star Wars de 1Up : le fabricant de mini-bornes d’arcade 1Up a bluffé les quadras et quinquas présents à l’E3 en dévoilant une réplique (aux 2/3) de la borne d’arcade Star Wars, réplique équipée de la célèbre manette ! Les graphismes « fil de fer », les sons des Tie-Fighters ainsi que la voix de Ben Kenobi (May the force be with you, Luke) résonnent toujours et encore dans nos souvenirs d’adolescents; reste une unique question : où donc installer cette borne dans mon petit salon ?
    • Ikumi Nakamura : Shinji Mikami a laissé sa directrice artistique, Ikumi Nakamura, présenter à sa place le titre PS4 Ghostwire Tokyo; fraiche, marrante et d’une spontanéité contagieuse, Ikumi a fait fondre la toile avec ses mimiques d’enthousiasme.

    • Bowser rencontre Bowser : le saviez-vous ? Le patron de Nintendo porte  le même nom que l’un des personnages emblématiques de la marque (Bowser); forcément, cela débouche sur une rencontre inattendue et pleine d’humour.

 

Les déceptions – L’E3 est un salon qui révèle les grands succès de demain, mais porte aussi parfois le coup de grâce aux titres qui s’éloignent trop des promesses initiales. Certains éditeurs ou fabricants en prennent aussi pour leur grade, et souvent à raison. L’E3 2019 n’a pas été avare en petites et grosses déceptions; les voici :

    • Une conférence EA extrêmement faible : on peine à trouver les mots devant l’indigence globale de la conférence d’EA. Sans âme, sans nouveauté forte, sans liant, la conf d’EA a été cette année un pur sommet d’ennui. Quand on pense que Star Wars Jedi Fallen Order a été la sensation de la conf; c’est dire le niveau…
    • Star Wars: Jedi Fallen Order: justement, et puisqu’on en parlait, Star Wars Jedi Fallen Order a été loin de nos attentes; pas scandaleux pour autant, le jeu ressemble surtout à un mixe entre Uncharted et Assassin’s Creeds, le skin Star Wars par dessus; reste les combats au sabre laser qui ont l’air d’être sympas… sans atteindre les sommets tout de même. Pas brillant.

      • Shenmue III; Shenmue 1&2 sont des chefs d’oeuvre du jeu vidéo; le premier Shenmue est même considéré comme un véritable monument. Et pour le dire abruptement : Shenmue III fait techniquement honte à ses devanciers; le nouveau Yu Suzuki semble presqu’avoir été développé pour la génération PS2, Xbox : animations rigides, visages peu expressifs ou grotesques, design lissé, textures floues, rien n’est à sa place si ce n’est quelques environnements « acceptables ». Et que dire de l’exclusivité de l’Epic Games Store ? La nostalgie n’excuse pas tout.

    • Trop de cinématiques 3D: trop, c’est trop. Beaucoup de jeux ont été dévoilés via une simple cinématique en CGI, sans même s’appuyer sur le moteur du jeu (Baldur’s Gate III, Ghostwire Tokyo, etc.). Une telle pratique, incompréhensible en 2019, n’est pas à l’avantage des éditeurs.


Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !
Restez connectés avec nous :-)

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2019 i2CMedia Ltd | A propos | Confidentialité |