KultureGeek Hors-Sujet [Coup de gueule] De l’affaire Ubisoft à l’affaire Michel Ancel : comme un certain manque d’éthique…

[Coup de gueule] De l’affaire Ubisoft à l’affaire Michel Ancel : comme un certain manque d’éthique…

28 Sep. 2020 • 19:08
6

Il y a quelques mois explosait ce que l’on appellerait très vite l’affaire Ubisoft  : plusieurs cadres de la société, et non des moindres, sont accusés de harcèlements ou d’agressions sexuelles. Certains faits extrêmement graves sont reportés. Maxime Beland, vice président du groupe, Serge Hascoët, chief creative officer, Yannis Mallat, directeur des studios canadiens de la firme, ainsi que Tommy François, responsable d’Edition, sont écartés de la société. Cécile Cornet, alors directrice des Ressources humaines, quitte à son tour le groupe, soupçonnée d’avoir en quelque sorte « couvert » plusieurs des cadres visés par ces lourdes accusations. Quelques semaines plus tard, Ashraf Ismail, Directeur Créatif d’Assassin’s Creed, rejoint la liste des bannis, à priori pour des infidélités rendues publiques, mais Ubisoft se débarrassera de la patate chaude en invoquant une histoire assez tarabiscotée d’« emprise » sexuelle sur une fan énamourée. Le jeu vidéo tient enfin son « Meetoo », et l’on se dit qu’un abcès va pouvoir être crevé, surtout qu’un nom majeur est évoqué du bout des lèvres, celui d’un géant du jeu vidéo à la Française : Michel Ancel, père de Rayman et de Beyond Good & Evil, serait lui aussi impliqué dans l’« affaire Ubisoft », mais bénéficierait d’un « totem d’immunité » fourni par la direction du groupe.

Ubisoft Logo 600x338

Cette rumeur tenace se transforme presque en « teaser » d’un épisode 2 de l’affaire, comme son ultime drama.  Alors que les bruits de couloir s’intensifient, Libération publie l’article « qui dit tout », comme s’il s’agissait de dévoiler le Watergate du jeu vidéo : Michel Ancel, le gars tellement sympa en interview, serait en fait un véritable tyran inconséquent avec ses collègues de travail. Nommé directeur artistique et de projet sur Wild et Beyond Good & Evil 2, Ancel changerait d’avis comme de chemise, n’hésitant pas à remettre en cause des semaines voire des mois de travail d’une simple phrase assassine (comme le Ganesh City de BGE 2, refait à 5 reprises). Pire encore, le Chevalier des Arts et des Lettres serait incapable de fournir une direction claire aux projets dont il a la charge. Cette ambiance délétère aurait poussé plusieurs salariés vers la sortie, épuisés par les volte face du créatif. Pour certains, c’est le burnout, voire la dépression. Les témoignages sont étayés, nombreux, et forcément implacables. L’enquête de Libé dresse le portrait d’un Michel Ancel chaotique, incapable de manager ou d’organiser un projet de l’envergure d’un BGE 2, et surtout manquant de la moindre empathie face aux difficultés de ses équipes.

Michel Ancel 1 600x337

Une autre impression subsiste aussi après lecture, comme un certain malaise : rien dans ce qui est rapporté ne semble relever du harcèlement dans son acception pénale, tout au plus d’une forme de management particulièrement toxique. Rien non plus ne concerne des délits sexuels, ces délits supposés qui sont pourtant au coeur de l’affaire Ubisoft. Pourquoi alors ces quelques allusions à la grande affaire « Meetoo » du jeu vidéo, la grande affaire Ubisoft, alors que les comportements décrits, bien que toxiques, n’ont absolument rien à voir avec ce qui a motivé le scandale d’il y a quelques mois ? Le rapprochement entre les deux affaires est ici d’autant plus sordide que l’article est publié quelques jours après que Michel Ancel ait annoncé sa retraite anticipée, comme si ce dernier avait « fui » avant que l’orage n’éclate. Tout concourt donc à faire de ces « révélations » un nouveau « drama », comme un point d’orgue à l’affaire Ubisoft, le Meetoo du jeu vidéo.

Crunch 600x253

On se dit alors que si l’affaire Michel Ancel est grave à ce point, on devrait facilement trouver d’autres articles sur d’autres directeurs de projets jugés plus ou moins problématiques. Après tout, Neil Druckman, l’accoucheur de The Last of Us 2, a lui aussi été pointé du doigt pour ses techniques managériales à la dure, les « crunchs » impitoyables imposés aux équipes de devs, au point qu’une bonne partie du studio Naughty Dogs aurait préféré prendre la porte, remplacé par du sang frais et plus malléable. D’autres accusations de crunch ont aussi un temps visé Rockstar, le studio à l’origine des GTA. Mais non, mis à part un article général sur le crunch dans le JV, on ne trouvera pas un autre grand nom du secteur cloué au pilori pour ses mauvaises pratiques managériales. Et a vrai dire, si l’on devait faire un article sur chaque patron, petit chef ou directeur de projet médiocre et toxique d’une grande boîte (surtout dans le JV d’ailleurs), on pourrait sans doute en faire un bottin de news chaque semaine. Le sujet ne semble donc pas passionner particulièrement Libé, mais une exception est faite pour Ancel. Pourquoi ?

Ce manque de substance « pénalement répréhensible » pourrait aussi expliquer pourquoi Libé semble forcer le trait : outre le ton accusatoire, on remarque l’absence de tout contradictoire, et surtout, le cherry-picking évident dans l’enregistrement des témoignages, ainsi que le fait d’ailleurs remarquer Christophe Heral, compositeur de la musique de BGE1, Rayman Origin’s, Rayman Legend, Wild ou BGE2, et surtout collaborateur proche de Michel Ancel. Ce dernier affirme ne pas avoir été contacté par les journalistes de Libé, qui n’ont pas cru bon aussi d’attendre les conclusions de l’enquête interne menée par Ubisoft, comme s’il était tout de même un peu plus « vendeur » de publier à tout prix l’article dans la foulée du départ d’Ancel.

Au final, la proximité avec l’affaire des délits sexuels chez Ubi et le traitement à charge de l’article donnent le sentiment que Libé s’est ici payé le scalp d’un géant du jeu vidéo en s’adossant sur un scandale d’une toute autre gravité, et sans aucune considération pour les dégâts que ce rapprochement (cet amalgame devrait-on dire) pourrait causer au principal concerné. A l’époque des mobs et du harcèlement en ligne massif, on décèle dans cette façon de faire, à tout le moins, comme un certain manquement d’éthique. Sans l’affaire des scandales sexuels chez Ubi, l' »affaire Ancel » aurait-elle VRAIMENT méritée un article aussi long et détaillé ? Dans l’un de ses derniers messages Instagram, Michel Ancel, visiblement touché, remarquait que chaque information est désormais traitée comme « un produit »; un produit toxique ?

Signaler une erreur dans le texte

Les sujets liés à ces tags pourraient vous interesser

6 commentaires pour cet article :

  • Matcha(via l'app )
    Mouais on est surtout dans une entreprise (Ubisoft) avec des employés qui ont l’habitude depuis des années de se toucher avec des suites sans évolution (assassins créés pour ne citer que lui) et qui du coup ne supportent surtout pas de devoir donner de leur personne. Ancel il va dans le dur il veut de la qualité et ça demande effectivement plus de travail que de changer le skin d’un jeu. Mais bon les français on connaît des qu’il faut bosser y’a plus grand monde. Tout ça pour dire qu’il faut arrêter de diaboliser et voir à quel point son équipe était une bande de gland.
    • Tygarbolt
      C’est un peu facile de dire ça.. Les développeurs n’ont absolument pas la main mise sur la destinée d’un jeu, on leur dit quoi faire et ils le font. C’est les responsables financiers qui décident qu’une suite va être mise en chantier, s’il faut garder le même système ou le renouveler, ils étudient ce qui leur semble marcher avant d’ordonner aux développeurs qui s’y attèlent. Je t’invite à lire des interviews d’anciens développeurs, ils ne sont qu’un parmis des centaines d’autres développeurs par jeu, et dans ce genre d’organisation, peu de place à la prise de risques.. Quant à la stigmatisation des français.. Les développeurs de jeux vidéos travaillent énormément, surtout dans des grosses boîtes en constante concurrence, il faut être les meilleurs mais aussi sortir les jeux le plus rapidement possible pour faire le plus de fric. Après au final, aucun de nous deux ne sait ce qu’il se passe dans ces studios, mais je pense pas qu’une boîte comme Ubisoft, un des leaders du jeu vidéo, se contenterai de fainéants pour faire leurs jeux.
  • Totololo(via l'app )
    Le management particulierement toxique ca s’appelle du harcèlement moral.
    Celui qui dit le contraire n’en a jamais subi.
    • Frederic L.
      Pas forcément justement. Un comportement peut être toxique sans être illégal. Demander à refaire un gros bout de code sans se soucier du travail que cela va demander au salarié, c’est toxique, mais cela n’a rien d’illégal. Les patrons et chefs trop durs ou manquant d’empathie sont légion dans les entreprises. Et pourtant rien de ce qu’ils font n’est illégal. Un mauvais manager est par définition toujours toxique, mais il l’est (toxique) parce qu’il est mauvais et ne sait pas organiser le travail, pas parce que son comportement constituerait en soi un délit. Enfin, j’ai déjà eu à subir les deux en entreprise, soit du véritable harcèlement moral et un management trop dur et insensible. Les deux ne sont clairement pas identiques, pas forcément en tout cas.
  • Tigrounet(via l'app )
    Au vu des productions Ubisoft j’ai du mal à entendre que les français faint de la merde Parceque fainéants !!! Si harcèlement il y a jugement il y aura point. Regardez les USA et la pléthore de procès concernant le harcèlent… donc Ubisoft n’est pas une entreprise isolée ou plus touchée dans ce type d’affaires. Les créateurs français sont d’ailleurs très cotés à l’internationale il faudrait être aveugle pour ne pas le voir.

Laisser un commentaire

Sauvegarder mon pseudo et mon adresse e-mail pour la prochaine fois.

Quelques règles à respecter :
  • 1. Restez dans le sujet de l'article
  • 2. Respectez les autres lecteurs : pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
  • 3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
  • 4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles


Les derniers articles

[Màj – Prolongation J+1 ] #BlackFriday : Des centaines de promotions sur les produits High-Tech : smartphones, accessoires, TV, produits connectés, stockage,…

5 Déc. 2020 • 16:10
3

iPhone 11 et problèmes tactiles : Apple remplace gratuitement le module écran

5 Déc. 2020 • 8:52
iPhoneAddict.fr

Apple finit la semaine avec un programme de remplacement gratuit du module écran de l’iPhone 11. Le fabricant explique qu’un petit...

iPhone 11 Arriere Coloris Officiel
Samsung Galaxy Gear 1 2014

Samsung ne supportera plus ses anciennes montres en 2021

4 Déc. 2020 • 20:44
1 Matériel

Samsung se prépare à mettre un terme au support de plusieurs de ses montres connectées Galaxy Gear en 2021. Ce sera dès le...

Oscar Isaac

Oscar Isaac sera Solid Snake dans le film Metal Gear Solid

4 Déc. 2020 • 18:55
0 Geekeries

Le film Metal Gear Solid de Sony a trouvé son Solid Snake : ce sera Oscar Isaac. Jordan Vogt-Roberts va s’occuper de la réalisation....

Fortnite

Pas de Fortnite World Cup en 2021, mais d’autres tournois sont prévus

4 Déc. 2020 • 18:35
0 Jeux vidéo

Il n’y a pas eu de Fortnite World Cup en 2020 à cause du Covid-19 et le scénario va se répéter en 2021. Epic Games, qui...

Les dernières actu Apple sur iPhoneAddict :

Comparateur

Recherchez le meilleur prix des produits Hi-tech

Recherche

Recherchez des articles sur le site