Tendances :iOS 13iPhone 11Apple WatchSamsung Galaxy S10Android 10.0 Q
Vous êtes ici : KultureGeek Hors-Sujet L’Allemagne, la France et l’Italie vent debout contre Libra, la monnaie virtuelle de Facebook

L’Allemagne, la France et l’Italie vent debout contre Libra, la monnaie virtuelle de Facebook

L’affaire Cambridge Analytica ainsi que les multiples scandales de « confidentialité » auront épuisé le stock de crédibilité de Facebook en Europe. La France avait déjà exprimé son extrême méfiance vis à vis de Libra, la cryptomonnaie de Facebook, une méfiance partagée désormais par l’Allemagne et l’Italie. Lors de la dernière réunion des ministres de l’Économie du G7, ces trois pays auraient même défini un plan d’attaque pour bouter Libra hors de l’Europe.

Le Ministre de l’Economie Bruno Lemaire a vendu la mèche en conférence de presse à Washington : « Nous prendrons dans les semaines qui viennent, notamment avec Olaf Scholz et Roberto Gualtieri, mes homologues allemand et italien, un certain nombre d’initiatives pour marquer clairement que le libra n’est pas le bienvenu en Europe, parce que c’est notre souveraineté qui est en jeu ». Pour le Ministre français, il n’est en effet pas question « qu’une entreprise multinationale privée ait la même puissance monétaire que les États souverains qui sont soumis au contrôle démocratique », un point de vue qui serait donc largement partagé par ses homologues allemands et italiens. Olaf Scholz, ministre de l’Économie allemand, a estimé de son côté que Libra faisait peser des risques de nature « systémiques », ce qui laisse entendre que la cryptomonnaie pourrait perturber l’équilibre monétaire de l’Europe.

Dans ce contexte pour le moins compliqué, l’association Libre tente désespérément de reprendre la main en invoquant une conformité totale au régulateur européen, des promesses « à minima » qui risquent fort de s’avérer insuffisantes pour retourner la tendance…



Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !
Restez connectés avec nous :-)

2 commentaires pour cet article :

  1. L’UE n’est pas contre Libra en raison de la supposé fuite de données qui a touche FB. Les banques ont été piraté par le passé et le sont encore aujourd’hui.
    Mais Libra signifie avec la puissance de FB présent sur plusieurs continents et dans des milliars de foyer un risque majeur d’effondrement de l’empire bancaire.

  2. C’est le but se débarrasser de l’empire/prise bancaire.
    Que se soit facebook ou autre , c’est déja pas mal.
    On donne de la valeur a quelque chose de virtuel , est ce sue c’est mieux qu’en donner à du papier qui constitue les billet ?

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2019 i2CMedia Ltd | A propos | Confidentialité |