Tendances :iOS 11iPhone 8Apple WatchSamsung Galaxy S8Comparateur Smartphone
Vous êtes ici : KultureGeek Science Mission « soucoupe volante » réussie pour la NASA malgré un atterrissage difficile

Mission « soucoupe volante » réussie pour la NASA malgré un atterrissage difficile

Non, la NASA n’a pas échoué dans son test d’un nouveau type d’engin en forme de soucoupe volante baptisé Low-Density Supersonic Decelerator, et dont l’objectif réel est de pouvoir transporter puis déposer jusqu’à 2 tonnes de matériel en prévision d’une future mission sur Mars. L’essai de ce week-end consistait à tester le lancement du LDSD à une altitude de 36 km (stratosphère), la NASA ayant encore deux autre tests à venir pour évaluer les capacités d’atterrissages. Le LDSD est composé de deux éléments distincts : le disque (en partie gonflable) lui-même, ou Supersonic Inflatable Aerodynamic Decelerator (SIAD), ainsi que le parachute devant permettre un retour sur terre en douceur, le Supersonic Disk Sail Parachute (SDSP). C’est d’ailleurs ce dernier qui n’a pas vraiment bien fonctionné en fin de phase de vol de la soucoupe, entrainant un atterrissage compliqué qui aurait pu lourdement endommager l’appareil.

LDSD-Nasa-vol

En haut de la trainée blanche, à gauche, le LDSD, qui file vers les 55 000 mètres d’altitude; vers le bas, la tâche blanche est le ballon qui a amené la soucoupe à 36 000 mètres

LDSD-Nasa-récupération

La récupération de la soucoupe, après un atterrissage un peu brutal du à la mauvaise ouverture d’un parachute 

L’échec reporté par les médias ne porte donc en fait que sur la partie finale du test global, et de loin la moins importante puisque l’essentiel de l' »exploit » visé était bien de faire voler le LDSD à très haute altitude. Dans les faits, un ballon a amené le LDSD à 36 000 mètres d’altitude puis s’est détaché, laissant les moteurs du LDSD prendre le relais pour amener rapidement l’engin à près de 55 000 mètres d’altitude (54,900 exactement). La montée en altitude s’est déroulée sans encombre et des images prises du sol attestent de la réussite de l’essai de vol. Ne reste donc plus à la NASA qu’à savoir programmer correctement l’ouverture d’un parachute; cela ne devrait pas être le plus difficile.

Sourceio9


Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos |