Tendances : 5GiPhone 12Xbox Series XPlayStation 5Android 11Comparateur de prix
Vous êtes ici : KultureGeek Internet Anti-racisme 2.0 : les grandes sociétés du web bannissent les suprémacistes

Anti-racisme 2.0 : les grandes sociétés du web bannissent les suprémacistes

C’est une véritable lame de fond; depuis les événements de Charlottesville, la société américaine semble réviser peu à peu sa notion très étendue de « liberté d’expression »; dans les faits, les discours publics prônant la haine « raciale » aux Etats-Unis ne sont désormais plus « protégés » au nom de la sacro-sainte liberté de parole, à l’instar de ce qui se passe déjà en France (où l’incitation à la haine est pénalement condamnée). Les grandes sociétés du web se sont mises à la page rapidement : Google et GoDaddy ont banni le site Daily Stormer véritable plaque tournante des groupes suprémacistes américains, et Facebook a retiré du réseau social l’intégralité des liens menant vers le site; suite à ce ban, Daily Stormer aurait trouvé refuge sur le Dark Web.

Stormer 600x399

Le site suprémaciste Daily Stormer a été déréférencé par Google et GoDaddy tandis que les hackers d’Anonymous s’étaient emparés du site (voir ci-dessus)

Les mesures de rétorsion ne s’arrêtent pas là; Airbnb a ainsi décidé de retirer de ses listes les propriétaires de biens tenant des propos suprémacistes tandis que d’autres sociétés font littéralement la chasse aux membres de l’alt-r et commencent à bannir les abonnés ou clients tenant des discours de haine; Spotify, Reddit, Discord, GoFundMe, Squarespace et même Twitter (qui n’a pas toujours été aussi réactif) n’hésitent plus à censurer en masse. Même un site de rencontre comme OKCupid a suivi le mouvement en bannissant à vie de ses services un dénommé Chris Cantwell, qui s’était illustré lors des manifestations de Charlottesville en hurlant des slogans néo-nazis.

Supremaciste 600x357

Le suprémaciste Chris Cantwell a été banni du site de rencontre OKCupid

A ces « censures » ciblées des grands groupes high-tech américains se rajoutent les réactions et commentaires des patrons de ces sociétés ainsi que les défections en cascade des membres des deux comités consultatifs de la Maison Blanche (qui ont depuis été supprimés par Donald Trump). Les évènements tragiques de Charlottesville semblent donc changer les mentalités dans un pays où jusqu’à peu il n’était pas de bon ton de limiter le droit à la parole, y compris de la parole raciste et haineuse…



Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !
Restez connectés avec nous :-)

Un commentaire pour cet article :

  1. Et pour les terroristes, on fait quoi?

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2020 i2CMedia Ltd | A propos | Confidentialité |