Tendances :iOS 11iPhone 8Apple WatchSamsung Galaxy S8Comparateur Smartphone
Vous êtes ici : KultureGeek Tests et Reviews Notre Test de Crysis 3 disponible sur Xbox 360, PS3 et PC

Notre Test de Crysis 3 disponible sur Xbox 360, PS3 et PC

Tout juste un an après un second opus assez décrié, Crytek nous propose de replonger avec Crysis 3 dans les aventures d’Alcatraz et de sa nano-combinaison. Édité par EA et sorti le 21 février, Crysis 3 s’est promis d’être une vrai bombe dépassant toutes les espérances sur la génération actuelle de console. Une bombe graphique sur Xbox 360, PS3 et PC pour se rattraper d’un Crysis 2 très banal livré en DirectX 9 sur PC. Nos allemands de chez Crytek se sont-ils rattrapés ? Réponse dans ce test !

Crysis 3 - Logo

Encore un peu de CELL ?

Après avoir combattu les Cephs à New York quelques années auparavant, le CELL s’est retourné contre leur messie : Alcatraz, celui ci qui avait récupéré la nano-combinaison des mains de Prophet. Néanmoins celui-ci hante toujours la nano-combinaison, au point de faire passer Alcatraz pour un pantin. Nous voici maintenant en 2047, le CELL a pris le pouvoir grâce à la technologie alien et leur électricité. Ils ont maintenant la main mise sur le monde et son énergie. Pendant ce temps, Prophet et sa nano-combinaison ont été cryogénisées et seul une poignée de résistants se battent pour leur liberté. C’est ainsi que nous retrouvons Psycho, ancien protagoniste de Crysis Warhead dépouillé de sa combinaison, venant délivrer leur futur sauveur potentiel : Vous !

 

Nous voici donc de retour dans un New York dévasté qui a laissé place aux ruines et à la végétation dans lesquelles le CELL garde sa précieuse technologie. Le but de ce troisième opus est simple, détruire les installations du CELL. On s’en doutera, les Cephs n’ont pas tous été vaincus et certains sont de retour. En somme on retrouve ici un scénario pas très poussé, un peu de blabla suivit de grosses explosions dignes d’un Call of Duty, mais passons au gameplay.

Call of Nanosuit

On commence tout de suite par la grosse nouveauté de ce Crysis 3 : l’Arc. Surpuissant, celui ci est équipé de flèches standards, explosives ainsi qu’électriques. C’est bel et bien la mode des arcs cette année, présent sur de nombreux jeux vidéo celui ci ne sera pas comme les autres. Une simple flèche dans le pied tuera à peu près n’importe quel ennemi, sans parler du faite que vous pourrez rester invisible sans perdre d’énergie grâce à l’arc. Certains appelleront ça un cheat, surtout quand on sait qu’une balle de sniper dans le torse ne tue pas.

Crysis 3 - Arc

Le jeu vidéo est de plus en plus accessible, nul besoin d’être un pro pour jouer en mode difficile et c’est quelque chose qui se confirme dans Crysis 3. Face à une IA pas si Intelligente que ça vous n’aurez pas grand mal à finir le jeu. Une énergie remontant bien trop vite et descendant assez lentement que ça soit en armure ou en camouflage. Fini la peur des grenades ou la peur de passer une porte et de se retrouver face à une vingtaine d’ennemis ou de tourelles. Ces dernières seront piratables facilement, quant aux ennemis, ils seront repérables de loin et à travers les murs grâce aux jumelles.

Crysis 3 - Helico

Niveau level design, fini les couloirs étriqués de Crysis 2. Place aux couloirs larges ! De quoi vous donnez une impression de liberté mais bien vite gâcher par une grande absence de sens. On se retrouve sur de grands champs de bataille mais avec tous les ennemis au même endroit avec très peu d’occasions de faire le tour du terrain.

Beau comme un camion

Qu’on se le dise, le premier Crysis était la référence de l’époque niveau graphisme. Pour ce qui est de Crysis 2, livré sur PC en DirectX9, il aura fallu attendre un temps avant de voir arriver le tant attendu patch DirectX11, niveau console le jeu était dans les normes de l’époque, un peu au dessus peut être. Crytek avait promis de se faire pardonner en annonçant un jeu utilisant 99% des capacités des consoles actuelles et mettant à mal nombre de configuration PC. Et il est vrai que Crysis 3 ferait presque oublier les bourdes de son grand frère.

Crysis 3 - Jungle

Tester sur PC de compétition, il faut dire que Crysis 3 à mis à mal la configuration utilisée, et ce dans les deux sens du terme. Graphiquement le jeu est splendide, il n’y a rien à dire à ce niveau. Les visages sont beaux, les traits sont fins, les textures sont détaillées, on se retrouve devant un très beau jeu, le gros point fort de Crysis 3. Néanmoins, il est très gourmand voir peut être trop. C’est ce que nous confirme Revioo avec ses tests via différentes cartes graphiques : même une GTX Titan ne sera pas capable d’afficher les fameux 60 FPS une fois le jeu lancé à fond.

Crysis 3 - Dieu

Pour ce qui est de la bande son, les musiques sont à la fois discrètes et agréables. On ne peut pas en dire autant du doublage… Que ça soit au niveau du texte ou de la voix, Prophet n’est pas gâté, certaines répliques seront un peu déprimantes, d’autres beaucoup plus drôles. Pour ce qui est des autres personnages, c’est déjà un peu mieux, en étant toujours aussi loin d’un Molière ou d’un Racine.

Explosif !

Difficile de commenter un mode multijoueur. Pour autant, celui de Crysis 3, tout comme ses prédécesseurs, vaut le détour et c’est le deuxième gros point fort du jeu. On retiendra surtout le nouveau mode chasseur, qui fera pensé au mode infesté de certains autres grands jeux, dont le but est simple : survivre si l’on est du CELL, tuer vos ennemis pour les chasseurs. Une fois tué vous voilà chasseur invisible équipé d’un arc. Ce n’est bien sûr pas le seul mode de jeu, les classiques sont au rendez vous ainsi que ceux de l’opus précédent. On retrouve ici un très grand multijoueur.

Crysis 3 - Multi

Pour finir ce test, parlons de la durée de vie ! En se basant que sur le mode campagne, vous aurez vite fait de faire le tour du jeu. Six à huit heures suivant votre façon de jouer. Il est aussi possible de le finir bien plus rapidement en fonçant dans le tas équipé de son mode armure très (trop ?) efficace. En ajoutant à cela le mode multijoueur, la durée de vie peut très largement variée et devenir un jeu vous tenant de longues semaines devant vos consoles ou ordinateurs.

Conclusion

En ce début d’année, on retrouve le fameux FPS survitaminé attendu. Quelques grosses déceptions au niveau de la campagne solo, notamment avec sa durée de vie assez faible et sa narration plutôt pauvre. Le jeu reste tout de même très attractif avec son mode multijoueur et ses graphismes épatant sur PC, au dessus de la moyenne sur console. Ce ne sera pas le jeu de l’année mais il en reste tout de même assez bon.



Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos |