Tendances :iOS 11iPhone 8Apple WatchSamsung Galaxy S8Comparateur Smartphone
Vous êtes ici : KultureGeek Internet L’affaire Shelbin Conklin : le réseau Tor sert-il principalement à héberger des activités illicites ?

L’affaire Shelbin Conklin : le réseau Tor sert-il principalement à héberger des activités illicites ?

Le réseau Tor a t-il le tort de servir d’écran à des activités peu recommandables voire franchement criminelles ? L’affaire Shelby Conklin, actuellement sous les feux médiatiques aux Etats-Unis, pose clairement la question qui gêne. Shelby Conlin, c’est le nom d’une jeune américaine qui s’est séparée il y a peu de son compagnon, une affaire privée sans importance jusqu’à ce que son ex décide de se venger en publiant des photos de Shelby dans des situations privées très compromettantes, un acte puni par la loi et que l’on qualifie communément sous le terme de Revenge Porn. Dans le cas présent, les images incriminées étaient hébergées sur le site Pink Meth, lui même basé sur le réseau Tor qui rend la recherche des sources numériques beaucoup plus compliquées pour les autorités.

th_Tor_logo

Plutôt que de simplement s’attaquer à l’hébergeur, Shelby a donc porté plainte contre le réseau Tor lui-même, soupçonné en fait depuis quelques années de servir pour l’essentiel de couverture technologique à certains types de criminels (chantage à distance, revenge porn, pédopornographie) sous couvert de protéger l’anonymat de l’utilisateur (éternel débat). Et comme l’affaire se situe aux Etats-Unis, on ne s’étonnera pas que la somme demandée en compensation soit très élevée puisque l’on parle tout de même d’1 million de dollars en dommages et intérêts.

Il sera intéressant d’observer la réaction des administrateurs de Tor, même si l’on peut déjà prédire qu’à l’instar de Google avec la loi européenne sur le droit à l’oubli, le réseau pourrait se retrancher derrière le fait qu’il ne propose qu’un tuyau ultra-sécurisé et n’a pas à gérer le contenu qui y circule (ce qui se tient). Il serait ironique que sur ce point les dirigeants « libristes » de Tor adoptent finalement la même ligne de défense que celle de Google, le concurrent « honni » pour ses pratiques borderline de gestion des données personnelles.



Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos |