Tendances :iOS 11iPhone 8Apple WatchSamsung Galaxy S8Comparateur Smartphone
Vous êtes ici : KultureGeek Hors-Sujet Le marché du DVD est en chute libre

Le marché du DVD est en chute libre

Le support DVD lancé en 1995 n’arrive plus à conquérir le marché français. Les chiffres du nombre de ventes réalisées ces derniers mois sont éloquents : 66 millions de DVD ont été écoulés de janvier à septembre 2012 en France. En 2011 sur la même période, le chiffre était de 75 millions, 89 millions en 2009. Bien sûr, les recettes engendrées par les ventes sont revues à la baisse. Toujours sur la période de janvier à septembre 2012, les ventes de DVD ont permis d’obtenir 572,7 millions d’euros. A titre de comparaison, les recettes en 2005, année phare où les films et autres contenus se vendaient comme des petits pains, sont montées à… 1,06 milliards d’euros. Le Blu-Ray à la rescousse ? Pas vraiment.


Le marché du Blu-Ray ne se porte pas tellement mieux, bien que ce soit moins pire. De janvier à septembre 2012, 9 millions d’unités se sont écoulés, contre 8 millions en 2011 sur la même période et moins de 6 millions en 2010. Les recettes ont cependant repris des couleurs, grimpant à 143,3 millions d’euros. Mais en additionnant le marché du DVD et le marché du Blu-Ray, les recettes engendrées tournent à 716 millions d’euros de janvier à septembre 2012, en chute de 9% sur un an et de 34% sur sept ans.

Certes le marché est segmenté et se tourne davantage vers le digital avec l’achat de films sur des plateformes légales comme iTunes. Mais la réponse à cette chute libre est simple : le piratage. Pourquoi payer quand on peut l’avoir gratuitement ? Cette phrase est souvent revenue autour de ce débat. En surplus, la crise financière joue son rôle il est vrai. Mais quelles sont les vraies solutions pour relever le marché de la vidéo ? Les productions doivent trouver une solution. Surtout que le marché du cinéma lui fonctionne comme sur des roulettes.

Source | OZAP



Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

2 commentaires pour cet article :

  1. Ah parce que 2 milliards d’euros de bénéfices ça leur suffit pas ???? putain de branleurs…. même pas capables de donner une solution qui plairait a tout le monde alors ça pleure en sortant que le problème c’est le piratage… ils devraient prendre en compte que le piratage est 50x plus intéressant juste parce qu’il n’y as pas de pub et c’est vraiment le truc qui débecte quand on veut regarder un film…perdre 10 minutes à regarder des pubs dont on se moque totalement et qu’on oublie totalement 10 minutes après le début du film et en plus de ça ils trouvent quand même la place de mettre des messages comme  » le piratage c’est mal » ou généralement on répond à haute voix ou dans nos têtes : « JE M’EN FOUT JE L’AI PAYE MON DVD
    LA PROCHAINE FOIS QUE JE VOIS CE MESSAGE C’EST FINI LE PIGEONNAGE »
    Enfin bref, dans n’importe quelle industrie il faut innover car un produit perd toujours sa côte alors c’est bien beau de balancer des DVD a 15 < 30 euros mais au bout d'un moment les gens finissent par en avoir raz le bol d'avoir des films en stock a ne pas savoir ou les ranger et ne les avoir vus qu'une seule fois avec une qualité dégueulasse ( a l'ère des grands écrans ) alors qu'au cinéma on as une superbe qualité visuelle et sonore (assez loin de l’écran pour détecter les défauts faut préciser ) pour beaucoup moins cher… même temps passé dessus ( je regarde même les crédits de fin quand j'y vais alors que sur mon DVD non).

  2. Je déterre mais bravo Gene !

    Tout est dit… Les « industriels » du cinéma préfèrent se cacher dans les jupes de la loi anti-piratage et d’hurler contre cette concurrence au lieu de remettre en question la qualité de leurs produits et leur prix… Tellement plus facile que d’élaborer un vrai produit de qualité.

    Et tellement hypocrite à l’heure d’Hadopi.

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos |