Tendances :iOS 12iPhone XSApple WatchSamsung Galaxy S9Android 9.0 P
Vous êtes ici : KultureGeek Science Bientôt des implants neuronaux pour contrôler les pulsions des individus ?

Bientôt des implants neuronaux pour contrôler les pulsions des individus ?

Minority Report bientôt au coeur de notre cerveau ? Des chercheurs de l’Université de Stanford ont réussi à cibler dans le cerveau des souris la zone contrôlant les pulsions de survie liées à la nourriture et au sexe. Mais plus fort encore (ou plus inquiétant), ces scientifiques ont réussi à cartographier (via l’identification des signaux cérébraux) la région responsable de ces portements impulsifs (ici la consommation de nourriture grasse chez les souris), le noyau accumbens.

Il serait même possible d’arrêter les signaux envoyés à cette zone précise via un implant directement installé dans le cortex des souris. Ainsi appareillées, les rongeurs seraient empêchées d’agir de manière impulsive, l’implant étant capable de repérer l’instant précis où un certain type de signal électrique se produit dans le noyau accumbens.

Le noyau accumbens serait « responsable » de la plupart des addictions, y compris celles liées à la drogue…ou au sexe

Les chercheurs de Stanford en sont convaincus : cette découverte ouvre de larges perspectives au delà même des expérimentations sur les souris; il devient possible d’envisager des implants permettant d’empêcher le passage à l’acte de tous les individus agissant à un moment donné par pulsions, qu’il s’agisse de crimes sexuels, de vols, de toxicomanie, voire de suicides. En outre, le cerveau ne serait pas « endommagé » par la pose et l’emploi d’un tel implant.

Pour autant, ce type de solution radicale, qui renoue de façon alarmante avec nombre de thématiques glaçantes du roman ou du film d’anticipation, pose bien d’autres problèmes, éthiques cette fois : que doit-on penser d’une société où l’on traite le « crime » de façon seulement individualisée, comme si aucun contexte ne devait être pris en compte, comme si rien ne pouvait jamais constituer un « pousse-au-crime ».

Le fantasme sécuritaire visant à prévenir le crime avant l’acte prend des tournures de plus en plus inquiétantes au fur et à mesure de l’avancée des technologies de surveillance ou de santé (implants)

Plutôt que de donner de quoi manger à tous, empêchons le vol à l’étalage, plutôt que de créer une société où chacun puisse accéder à une vie « complète », faite de rencontres amoureuses et de plaisir partagés, empêchons la frustration sexuelle et ses conséquences via des implants neuronauxs, plutôt que donner aux suicidaires de vraies raisons de vivre, empêchons l’acte suicidaire par le biais d’impulsions électriques dans notre cortex. Cela ressemble à un mauvais épisode de Black Mirror; et pourtant…



Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

6 commentaires pour cet article :

  1. Bel article dont je partage l’analyse finale.

  2. Et ben… Joyeux Noël à tous…
    😔🙀☝️😰🍀..

  3. Ce genre d’implant servirai aux prédateurs sexuelle uniquement, des personnes qui ont été diagnostiqué prédateurs sexuelle et/ou arreté pour violence sexuelle. Je suis pas sure que vous tiendrais le même discours si votre mere/femme/fille se faisait violer par un homme qui à des pulsions sexuelle. De plus, je ej suis pas d’accord avec la fin de l’article, vous pouvez pas blamer le travail d’une personne sous prétexte qu’il y ai d’autre problème, vous pouvez pas blamer un pâtissier à créer une nouvelle recette de pâtisserie sous prétexte que des somaliens meurent de faim.

  4. Un viagra digitalisé ?

  5. Cool, un pas de plus vers la normalisation sexuelle. Décidée par qui et pour qui ? La réponse à cette question ferait de moi un dangereux individu aux pulsions misogynes devant être contrôlées par la pose d’implants.

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos | Confidentialité |