Tendances : 5GiPhone 12Xbox Series XSamsung Galaxy S11Android 10.0 Q
Vous êtes ici : KultureGeek Actualité Mobiles et Tablettes « La 5G va nécessiter plus de régulation », dit le président de l’Arcep

« La 5G va nécessiter plus de régulation », dit le président de l’Arcep

Sébastien Soriano, le président de l’Arcep (gendarme des télécoms), s’est entretenu avec Le Monde pour notamment évoquer l’année 2020 et les enjeux au niveau des opérateurs.

Les gros dossiers de cette année seront la 5G et la fibre. « Le secteur est engagé dans un cycle d’investissement lourd, qui se poursuivra avec le lancement de la 5G, la grande affaire sur le plan stratégique pour les opérateurs. Les attributions de fréquence seront un rendez-vous très important », explique Sébastien Soriano. Pour la fibre, il espère que l’Arcep pourra annoncer plus de 4 millions de prises construites en 2020. « Nous allons en parallèle nous pencher sur l’extinction du réseau cuivre », souligne le dirigeant.

Les discussions autour de la 5G ont été longues avec le gouvernement, mais pour Sébastien Soriano, ce n’est pas tellement différent de la situation avec la 3G et la 4G. « Il est normal et sain que ces attributions fassent l’objet de débats. Le spectre est la propriété des Français. Il y a eu des allers-retours, mais il faut relativiser. Les attributions de fréquences 3G et 4G avaient aussi donné lieu à des débats intenses. L’essentiel est que nous sommes parvenus à un compromis », a-t-il expliqué. Il ajoute que la « 5G va nécessiter plus de régulation » au vu des nombreuses questions sur l’empreinte carbone des réseaux notamment.

Il précise que les enchères pour la 5G auront lieu à la mi-avril et l’attribution des fréquences sera effective en juin. Les premiers forfaits 5G seront lancés à partir de juillet.

Le président de l’Arcep indique par ailleurs ne pas vouloir « recommencer la même chose avec la 5G » pour ce qui est du déploiement. Celui de la 4G a été bancal dans plusieurs régions, d’où l’intérêt de s’améliorer cette fois. En outre, il n’est pas contre une mutualisation des réseaux entre opérateurs. « Les bonnes mutualisations sont typiquement celles en zones rurales, les mauvaises, celles qui vont restreindre la concurrence. Il n’y a pas de dogme absolu », souligne-t-il.

Il reconnaît également que la 5G lancée cette année « sera essentiellement une 4G améliorée, déjà un vrai plus pour les utilisateurs ». Il faudra attendre la 5G s’appuyant sur les ondes millimétriques pour avoir des débits réellement importants. Cela se fera dans quelques années.



Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !
Restez connectés avec nous :-)

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2020 i2CMedia Ltd | A propos | Confidentialité |