Tendances :iOS 12iPhone XApple WatchSamsung Galaxy S9Android 9.0 P
Vous êtes ici : KultureGeek Science Philae : les ennuis commencent pour le petit atterrisseur posé sur la Comète Tchouri

Philae : les ennuis commencent pour le petit atterrisseur posé sur la Comète Tchouri

C’était trop beau. Si l‘ESA a de nombreuses raisons de se féliciter sur le fait que Philae se soit bien posé sur la Comète Tchouri, il semble bien que l’atterrissage ne se soit pas déroulé dans les conditions espérées. En fait, le petit module a même connu une sacré sarabande au contact de la Comète, les deux harpons sensés l’arrimer fermement au sol n’ayant pas fonctionné; du tout. A cause de cette avarie, Philae a rebondi deux fois sur le sol de Tchouri, la force d’attraction de cette dernière étant 100 000 fois inférieure à celle de la Terre (les 100 kg de Philae équivalent à un gramme sur Tchouri).

Tchouri vue panoramique philae

La vue panoramique autour de Philae le prouve : l’atterrisseur est dans le noir

Ces rebonds successifs n’ont pas réussi à endommager trop sérieusement Philae, mais celle-ci s’est retrouvée propulsée très loin de la zone initiale où elle devait atterrir, dans une zone plongé dans l’ombre, et qui ne reçoit les rayons du Soleil qu’une poignée d’heures dans la journée. Problème : le Soleil, c’est l’énergie vitale de Philae, qui s’en sert pour alimenter ses batteries ainsi que les appareils embarqués nécessaires à la récolte d’échantillons qui doivent servir aux analyses. Et pour ne rien arranger, le petit robot est retombé de biais, dans une position où visiblement l’un de ses panneaux solaires ne peut pas se déployer normalement.

Si la situation parait bien mal engagée, elle est pourtant assez habituelle pour ce genre de mission, qui cumule souvent les pépins techniques; après tout, suite à un voyage de 10 ans, il n’est pas impensable que certaines parties mécaniques et électroniques ne fonctionnent plus comme cela était prévu au départ (contrairement à ce que l’on pourrait penser l’espace « use » les objets placés en orbite ou en mission spatiale lointaine). Les ingénieurs rivalisent souvent d’ingéniosité pour trouver des solutions à (longue) distance, et ceux de l’ESA ne manquent pas d’idées; avec déjà une première victoire : certains appareils d’analyses seraient à nouveau fonctionnels.



Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos | Confidentialité |