Tendances :iOS 13iPhone XSApple WatchSamsung Galaxy S10Android 10.0 P

[Test] Galaxy S10 et Galaxy S10 Plus : Samsung rend une copie quasi parfaite

Samsung ne s’en est pas caché : les nouveaux Galaxy S10 et S10 Plus doivent redevenir les « mètres étalons » technologiques du marché mobile; pour faire face à la percée de Huawei et de ses Mate 20 Pro, ainsi qu’aux iPhone XS d’Apple , le géant sud-coréen est sorti de sa zone de confort : écran HDR10+ quasi bord à bord avec un unique trou pour la caméra, capteur d’empreinte ultrasonique situé sous l’écran, de la puissance à revendre : les S10 et S10+ se présentent comme des smartphones sans concessions, disposant du nec plus ultra de la technologie. La nouvelle référence du mobile Android en somme… Mais est-ce réellement le cas ? En guise de réponse, voici notre test exhaustif :

Beau et compact

Le design d’un mobile joue une partition importante dans la décision d’achat, surtout pour un mobile très haut de gamme proposé à un tarif élevé. Sur ce plan, les Galaxy S10 et S10 Plus sont deux frères quasi jumeaux qui sortent enfin du carcan un peu conservateur des précédents modèles : l’écran courbe sur les bords ne laisse cette fois plus de place à de larges bandes noires en haut et en bas; les bandes sont toujours là cependant, mais tellement fines à vrai dire qu’on y prêt aucune attention (Samsung aurait pu tout de même les concevoir de la même épaisseur, par simple soucis de symétrie). Le nouveau format 19,9:9 (en lieu et place du 18,5:9 du Galaxy S9) donne une réelle impression de compacité et les bords chromés (largement inspirés de ceux des iPhone) rajoutent une pointe de look « indus » pas désagréable; au final, les Galaxy S10 /S10+ sont de très beaux smartphones, un peu glissants dans la main (à cause du dos en verre), mais une protection transparente devrait corriger ce point de détail.

Un écran AMOLED hors-norme

Les Galaxy Sx sont depuis quelques années les références absolues de l’affichage AMOLED. Depuis peu, les iPhone profitent aussi de cette excellence (à laquelle Apple rajoute une calibration et un contrôleur maison) : les iPhone X et XS sont ainsi équipés d’écrans AMOLED fabriqués par Samsung (et seulement par Samsung). Presque sans surprise donc, les écrans 6,1 pouces du S10 et 6,4 pouces du S10 Plus s’imposent comme le must du moment. Grâce au petit poinçon qui laisse un peu de place à l’APN frontal, le taux d’occupation de la dalle dépasse même les 91%; les bords courbés (pas trop, ce qui facilite l’accès à la box des applications en préférence) renforcent un peu plus cette illusion d’un smartphone qui ne serait au final qu’un simple écran que l’on tient dans la main.

Les s10 et S10 Plus sont les premiers mobiles compatibles avec la technologie d’affichage HDR10+, à l’instar des téléviseurs haut de gamme. Les noirs sont donc très profonds (mais débouchent bien les détails) tandis que les scènes lumineuses vous exploseront à la rétine. Le résultat est absolument superbe sur les vidéos compatibles HDR. Cet écran Infinity-O (joli terme marketing) affiche en outre une valeur de contraste quasi infinie, un excellent piqué ainsi qu’un grand angle de vision sans altération colorimétrique (en d’autres termes, même en le regardant de biais, les couleurs restent fidèles et l’image parfaitement visible). On notera aussi que ces écrans sont recouverts en standard d’un film protecteur totalement invisible et destiné à limiter les rayures.

Mais le gros atout des dalles Infinity-O, c’est leur luminosité (mesurée à environ 800 cd/m2 au max, ce qui est énorme). La luminosité maximale permet d’utiliser les S10/S10+ en plein soleil, sans aucun soucis de visibilité, voire de dégradation d’affichage (surtout que la réflectance est très limitée, un bon point encore). Bref, en cette année 2019, ceux qui veulent un smartphone avant tout pour bénéficier d’un affichage portable de grande qualité savent vers qui se tourner : l’Infinity-O est le nouveau King of the Hill. Dernière remarque enfin : comme d’habitude, Samsung pré-selectionne la définition de ses Galaxy en FULL HD+, mais il est bien sûr possible de basculer sur du QHD+ dans les paramétrages; forcément, l’autonomie du mobile ne sera pas la même selon la définition choisie.

Le son est au niveau de l’image : les HP stéréo des S10 sont nettement plus puissants que ceux de l’iPhone X, même si la restitution sonore nous semble un peu plus fidèle du côté de l’iPhone; l’effet de saturation est limité, mais il vaudra mieux encore se servir du casque AKG fourni, qui délivre un son vraiment pêchu et de très bonne qualité (ce qui permet au passage de rapeller que oui, les derniers S10 disposent d’un port Jack!).

Aussi puissant qu’un iPhone XS

Sans maitrise, la puissance n’est rien dit-on, mais sans puissance, on ne peut pas faire grand chose non plus. Les S10 et S10+ ne risquent pas le lumbago du smartphone, autrement appelé le « méchant lag »; c’est bien simple, les résultats aux tests Geekbench 4 sont sensiblement équivalents à ceux des iPhone X en multi-coeurs (très légèrement en deçà des XS en moyenne) avec des scores situés entre 10400 et 10600 (les scores varient d’un test à l’autre). En mono-cœur, les S10/S10+ plafonnent à 4500 (un peu au dessus de l’iPhone X/4300 et légèrement en deçà de l’iPhone XS/4800). Les S10 s’en sortent aussi très bien au bench AnTuTu 7.1 (entre 330 000 et 340 000, contre 350 000 pour les iPhone XS), en grande partie grâce à une forte dotation en RAM (8 Go sur nos S10/S10+ de test). Cette fois donc, les Galaxy ne sont plus distancés par le Ax d’Apple en terme de perfs « brutes », même s’il faut bien garder à l’esprit que de toute façon les smartphones modernes haut de gamme disposent aujourd’hui d’un stock de puissance encore largement sous-exploité. A noter enfin que nos modèles de test fonctionnaient avec le processeur Exynos de Samsung; les Galaxy S10 dotés du Snapdragon 855 seraient encore plus performants.

Cette puissance se met quotidiennement au service d’une interface qui reste selon nous encore un peu trop fouillis; le système de tiroir pour les menus ou les box applicatives (en provenance du haut, du côté, en bas) n’est pas toujours très clair, et l’absence de gesture directe pour l’affichage des apps en multi-tâche se fait pas mal ressentir (surtout lorsqu’on vient de l’iPhone). C’est aussi le style même de l’interface, épurée certes, qui semble avoir pris un train de retard graphique par rapport au design général du mobile; rien de très gênant en soi, mais l’aspect fonctionnel prend parfois le pas sur l’ergonomie et la praticité.

Un pro de la Photo

Les Galaxy cuvée 2019 bénéficient d’un module photo avec trois capteurs : un 12 Megapixels (ouverture variable de f/1.5 à f/2.4), un téléobjectif de 12 Mpix (f/2.4) avec zoom optique x2 et un ultra grand angle (ultra wide) de 16 Megapixels (f/2.2 et 123°). L’objectif grand angle permet de capter beaucoup plus d’éléments dans la scène; un bon point lorsqu’on ne dispose pas de beaucoup de « recul » lors de la prise de cliché. L’autofocus est extrêmement rapide, très précis, et les clichés capturés en condition de lumière naturelle sont franchement de grande qualité, avec une colorimétrie plutôt fidèle (Samsung est devenu raisonnable) et une dynamique proprement excellente pour un appareil mobile. Les tons chairs sont fidèlement restitués et le piqué de l’image rend parfaitement sur les poils de nos chats ;).

La première photo (chat) a été prise avec le S10; les trois autres clichés viennent du S10+

Un cliché capturé par le S10+ dans le noir presque total (et sans flash bien sûr): beaucoup de bruit dans l’image, mais la restitution des couleurs est correcte

Lorsque les conditions s’assombrissent, les S10 et S10+ s’en sortent encore très bien : pas de halos lumineux, et un niveau de « bruit » limité (et surtout bien traité par l’ISP). La nouvelle référence du photophone ? On ne doit pas en être très loin. Concernant les clichés capturés avec le capteur frontal, il faut noter que le S10+ dispose de deux capteurs, contre un seul pour le S10; au final, peu de changement (si ce n’est sur les effets de flou de type Bokeh, à l’avantage du S10+), mais l’emplacement du capteur, déporté sur la droite de l’écran, transforme la prise de selfies en une petite gymnastique dont on se serait bien passée.

Accès et déverrouillage : peut mieux faire

Le déverrouillage des S10/S10+ peut-être effectué de multiples façons : code, symbole tracé au doigt, capteur d’empreinte ultra sonique ou bien encore capteur facial. Pas de soucis concernant le code ou le symbole, mais on fait tout de même mieux en terme d’ergonomie ou de rapidité. Le capteur facial pourrait arranger les choses, mais ce dernier s’apparente à une vaste blague : en effet le capteur reconnait seulement les visages en deux dimensions, et ne contrôle pas la pupille; en conséquence, il est possible d’activer cette fonction avec une photo en 2D, la même photo (ou une autre photo de la même personne) permettant alors de déverrouiller l’appareil !

J’ai donc réussi à renseigner la reconnaissance faciale du S10+ avec le visage d’Emily Ratajkowsky affiché sur l’écran du S10 (ne me demandez pas pourquoi j’ai choisi cette charmante demoiselle). Opération réussie, et bien sûr, le S10+ a été déverrouillé sur simple présentation d’une autre photo du visage d’Emily ! Pas très rassurant… Quant au capteur d’empreinte situé à un endroit précis sous l’écran, il s’avère long à paramétrer (de nombreux appuis du doigt sur la même zone), et surtout, encore imprécis; une fois sur trois, le doigt n’a pas été reconnu. Décidément, Samsung peine à trouver la bonne formule pour sécuriser l’accès à ses appareils; et ce ne sont pourtant pas les options qui manquent.

Concernant enfin l’autonomie et la recharge, les S10 ne manquent pas d’atouts : recharge rapide (1h30 environ), mais pas ultra rapide comme chez certains concurrents chinois, de l’induction bien pensée (qui permet aussi de recharger d’autres accessoires IQ directement sur le dos du S10/S10+) et surtout, une autonomie de deux jours en usage modéré, ou 1 journée bien tassée en usage intensif (jeux + surf + photo/vidéo/musique pendant plusieurs heures). Samsung revient donc dans la course après le faux pas du S9 (dont l’autonomie avait chuté par rapport aux modèles précédents).

Conclusion : la nouvelle référence du smartphone Android

Beau, puissant, blindé de fonctions novatrices et surtout équipé d’un écran absolument hors-norme, les nouveaux S10/S10+ sont dès à présent les nouvelles références du smartphone sous Android, et ce même si les options de verrouillage/déverrouillage peinent à être tout à fait satisfaisantes. Un grand crû, qui semble souvent en avance sur son temps, et qui mériterait sans doute une interface un peu plus « punchy » pour faire une différence cette fois définitive. Totalement recommandable.

Les prix commencent à 759 euros. On monte jusqu’à 1 609 euros si on choisit le Galaxy S10+ avec 1 To de stockage :

10/10

Affichage

9/10

Design

9/10

Performances

9/10

Autonomie

9/10

Notre avis

- Ecran AMOLED impressionnant...
- et parfaitement visible en plein soleil
- Elegant
- Aussi puissant qu'un iPhone XS
- Très bonne autonomie 
- Les HP claquent 
- De bien belles photos
Pour
Contre
- Capteur d'empreinte à améliorer
- Capteur facial pas du tout sécurisé 
- Surcouche timide
- Un tarif élevé


Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

6 commentaires pour cet article :

  1. komanguy

    Très bons téléphones mais ils sont plutôt au niveau du iPhone X, parlant de puissance de calcul.
    L’image comparative (plus haut dans l’article) des 3 téléphones montre bien un iPhone X et non XS!

    Sur Geekbench 4 les scores moyens sont les suivants :
    iPhone X 4210 – 10153
    iPhone XS 4797 – 11268

    Je ne sais pas pourquoi cette information erronée (donnée par appleinsider) concernant le s10 qui rattrape le XS continue de circuler sur la toile!

    • iBannane

      Ça sent un peu la haine quand même pour certains que samsung sorte un bon smartphone.. je suis un 200%100 apple et franchement je suis content que samsung puisse les rattraper! Ça va peut être leur donner un coup de pied au uc chez Cupertino afin qu’ils nous sortent des vraies innovations et nous les proposer aux leurs juste prix et non prix des bagnoles.

      • komanguy

        Qu’est ce que tu racontes? Préciser que le s10 est au niveau du iPhone X et non XS est de la haine?

        Vraiment pathétique.

      • « Je ne sais pas pourquoi cette information erronée (donnée par appleinsider) concernant le s10 qui rattrape le XS continue de circuler sur la toile! »

        Je ne comprends pas pourquoi tu t’énerves autant !

  2. En tout cas une chose et sur : c’est qu’il est bien moche ! et pas au niveau d’un iPhone X/XS sur ce point là

    • Les goûts, les couleurs…
      Moi je le trouve bien beau ! et pas au niveau d’un iPhone X/XS sur ce point là

      Voilà voilà… débat intéressant…

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos | Confidentialité |