Tendances :iOS 11iPhone 8Apple WatchSamsung Galaxy S8Comparateur Smartphone
Vous êtes ici : KultureGeek Internet Obama sort l’artillerie lourde contre les cyber-criminels, où qu’ils soient

Obama sort l’artillerie lourde contre les cyber-criminels, où qu’ils soient

Depuis hier premier avril, un décret présidentiel de la Maison Blanche donne toute liberté au Trésor américain pour geler les avoirs de personnes, sur le sol étasunien ou à l’étranger, qui se seraient montrées coupables de cyber-attaques à l’encontre des intérêts américains (banques, administrations, particuliers, etc…). Le président Obama s’est fendu pour l’occasion d’un discours plutôt ferme visant à justifier les pouvoirs étendus du Trésor : « Les cybermenaces représentent un des plus graves problèmes des Etats-Unis pour son économie et sa sécurité nationale » a ainsi déclaré le président de la première puissance économique mondiale.

Barack Obama

Les représailles à l’encontre des auteurs de cyberattaques ne se limitent pas à la partie financière; les sanctions pourront aussi avoir un volet diplomatique, ce qui semble directement viser certains pays soupçonnés de soutenir des actes de piratage, à l’instar de la Corée du Nord accusée par les Etats-Unis d’avoir perpétré le hack des serveurs de Sony Pictures. Le Président Obama s’est d’ailleurs une nouvel fois appuyé sur ce piratage massif pour mieux étayer son argumentaire : « La cyber-attaque nord-coréenne contre Sony Pictures a détruit des données et désactivé des milliers d’ordinateurs. »

L’offensive américaine intervient juste 2 jours après que des tractations entre des officiels américains et chinois aient abouti à annuler le blocage des commandes de matériels et de logiciels américains par les autorités chinoises.
La réaction sans ambiguïté de l’administration américaine vise en effet aussi, et peut-être même surtout, à protéger les intérêts américains et les entreprises américaines de l’oeil un peu trop curieux des cyber-espions étrangers. Le ton « outré » et faussement scandalisé des représentants du « renseignement » ainsi que les discours plein de fermeté qu’Obama assène à répétition depuis l’épisode Sony peuvent tout de même prêter à sourire après les révélations de l’affaire Snowden, qui avaient montré à quel point les Etats-Unis n’étaient pas les derniers à écouter aux portes d’un peu tout le monde…



Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos |