Tendances : 5GiPhone 12Xbox Series XPlayStation 5Android 11Comparateur de prix
Vous êtes ici : KultureGeek Jeux vidéo Quantic Dream (Detroit) dans la tourmente après des accusations de harcèlement au travail (entre autres…)

Quantic Dream (Detroit) dans la tourmente après des accusations de harcèlement au travail (entre autres…)

Quantic Dream est sur la sellette depuis déjà quelques temps, mais l’affaire qui fait aujourd’hui le buzz est d’un tout autre calibre que la polémique un peu vaine sur la scène de violence familiale pointée du doigt dans Detroit : Become Human. Une information relayée par trois journaux (Canard PC, Mediapart et Le Monde) fait état de plaintes d’anciens salariés estimants que les dirigeants du studio David Cage (président et fondateur) et Guillaume de Fondaumière (directeur général délégué et producteur exécutif) auraient favorisé « une culture d’entreprise dysfonctionnelle et toxique« , à base de photomontages douteux ou de blagues sexistes et racistes, sans compter des écarts de managements (60 heures travaillées par semaine, heures sup non payées, etc.).

David Cage, président et fondateur de Quantic Dream

Les accusations rapportées sont lourdes, et brossent le portrait peu amène de deux dirigeants déconnectés du réel, coupables même de comportements inappropriés. Le Parquet de Paris quant à lui aurait retenu la qualification d' »injures non publiques envers particulier ». A noter que La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), l’inspection du travail et même le Défenseur des droits auraient également été saisis. Enfin, « Une enquête préliminaire pour harcèlement et discrimination dans le cadre du travail a été confiée par le parquet de Paris au commissariat du 20e arrondissement. »

Du côté des dirigeants ainsi que des délégués du personnel, c’est bien sûr un tout autre son de cloche. Les délégués parlent ainsi d’une entreprise « bien organisée, fonctionnelle où les employés s’épanouissent »; David Cage s’est montré nettement plus combatif encore dans sa réponse : « On veut parler d’homophobie ? On travaille avec Ellen Page, qui se bat pour les droits LGBT. On veut parler racisme ? On travaille avec Jesse Williams, qui se bat pour les droits civiques aux Etats-Unis« . Alors, vraie affaire ou dérapage « purificateur » dans la foulée des révélations de #BalancetonPorc ? C’est maintenant à la justice de trancher…

Sourcegameblog


Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !
Restez connectés avec nous :-)

Désolé, les commentaires sont fermés. Si vous avez une question à poser, le forum est grand ouvert

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2020 i2CMedia Ltd | A propos | Confidentialité |