Tendances :iOS 12iPhone XSApple WatchSamsung Galaxy S9Android 9.0 P
Vous êtes ici : KultureGeek Science Des chercheurs utilisent des spermatozoïdes pour appliquer les traitements aux tumeurs cancéreuses

Des chercheurs utilisent des spermatozoïdes pour appliquer les traitements aux tumeurs cancéreuses

La recherche de traitements contre le cancer tente constamment d’explorer de nouvelles pistes en dehors de la chimiothérapie traditionnelle. Les effets secondaires de cette dernière sont en effet redoutables, notamment parce que le traitement s’attaque bien souvent à des cellules saines. L’enjeu est donc de trouver des nouvelles façons d’administrer les traitements directement au sein des tumeurs, avec aussi peu d’effets néfastes sur l’organisme que possible.

C’est dans ce contexte qu’une équipe de chercheurs du Leibniz Institute for Solid State and Materials Research de Dresden a mené une expérience peu commune mais qui pourrait bien s’avérer efficace : utiliser des spermatozoïdes pour traiter les tumeurs. Et même si l’idée semble insolite sur le papier, pour peu qu’on y réfléchisse un peu, c’est un moyen plein d’avantages pour faire le job. Les spermatozoïdes sont naturellement mobiles, ils peuvent stocker les médicaments et traitements sans que ces derniers ne se diluent dans les fluides corporels, les protégeant des enzymes, et surtout, ils ne provoquent pas de réponse immunitaire et ne risquent pas de se dupliquer pour former des colonies indésirables.

L’équipe a prouvé que faire tremper ces spermatozoïdes dans certaines substances leur permettait de la stocker. En l’occurrence, il s’agissait de doxorubicine, et lorsqu’ils ont été appliqués sur une tumeur expérimentale, après 72 heures seulement les cellules cancéreuses ont réduit de 90%. De plus, les chercheurs ont attaché sur les spermatozoïdes des minuscules « chapeaux » de fer, ce qui a permis à l’équipe de les guider vers la tumeur à traiter avec un aimant. Enfin, cette méthode s’est avérée bien plus efficace qu’un simple bain de la tumeur dans le traitement, puisque les gamètes peuvent pénétrer les cellules et appliquer le traitement bien plus profondément. Même si l’étude n’est qu’embryonnaire, l’idée est très prometteuse et l’équipe va se pencher sur les détails concrets qu’impliquerait cette méthode.



Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos | Confidentialité |