Tendances :iOS 12iPhone XApple WatchSamsung Galaxy S9Android 9.0 P
Vous êtes ici : KultureGeek Science Un ingénieur « répare » son propre coeur

Un ingénieur « répare » son propre coeur

L’histoire insolite du jour est celle de Tal Golesworthy. Cet ingénieur savait depuis qu’il est tout jeune qu’il est atteint du syndrome de Marfan. Ce syndrome, d’origine génétique ou venant d’une mutation spontanée, se manifeste par des personnes de taille plus élevée que la moyenne, avec des membres ou des doigts spécialement longs. Ces anomalies sont dues à un souci au niveau de la fibrilline, une protéine essentielle des fibres élastiques trouvées, entre autres, dans les vaisseaux sanguins. Et du coup, les personnes atteintes sont particulièrement menacées au niveau de leur aorte, où un anévrisme synonyme de mort certaine peut se développer à tout moment.

Le souci, c’est qu’en l’occurrence, Golesworthy n’a appris que très tard grâce aux progrès de la médecine les implications au niveau de son aorte, qui s’était déjà bien élargie. On lui a alors indiqué l’opération classique proposée dans ce genre de cas : on retire le coeur, puis on remplace l’aorte par un tube, et les valves par des valves mécaniques. Le souci, c’est que ces valves peuvent favoriser l’arrivée de caillots sanguins. On donne donc un traitement à base d’anticoagulant, qui lui-même est assez risqué et risque de provoquer des saignements.

L’ingénieur n’était donc pas très chaud pour cette opération, et a fait une contre-offre : il a fait scanner son aorte, et plutôt que de penser comme un docteur, il a pensé comme un ingénieur. Plutôt que de changer le tuyau fautif, il a observé les images, et a conçu un système où une sorte de tuyau en tissu flexible et poreux maintient son aorte en place. Après avoir contacté les bonnes personnes, son système a été testé : le PEARS est désormais en place, et réduit effectivement le grossissement de l’aorte.



Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

8 commentaires pour cet article :

  1. Excellent. Une bonne leçon donnée aux autres ingénieurs : quand vous devez utiliser votre création elle ce doit d’être fonctionnelle en plus d’être ingénieuse.

  2. Mais on peux pas dire du coup Que il a éviter la parti létal de ca maladie ? Une sorte de « remède » ?!

  3. C’est étonnant et impressionnant, cela dit ce système ne me paraît hélas pas pouvoir annuler le risque de thrombose.

    • Troufignou

      D’après l’article source, le risque majeur de thrombose vient principalement des valves mécaniques utilisées lors de l’opération « traditionnelle ». Du coup, ce risque doit exister, mais sa solution doit le réduire drastiquement

  4. bravo l’ingénieur qui change « sauve » sa vie et peut être celle d’autre en suivant le même procéder

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos | Confidentialité |