Tendances :iOS 11iPhone 8Apple WatchSamsung Galaxy S8Comparateur Smartphone
Vous êtes ici : KultureGeek Matériel et Accessoires NEC transforme les smartphones en détecteurs de contrefaçons

NEC transforme les smartphones en détecteurs de contrefaçons

Le fabricant japonais NEC, moins présent aujourd’hui sur le front de l’électronique grand public, possède encore des labos de R&D performants. Dernière trouvaille en date des ingénieurs de la marque, un système permettant de détecter des contrefaçons à partir de simples smartphones équipés de lentilles macros. Cet outil de détection des « copies » rentre dans une chaîne plus globale de traçabilité. Une simple photographie prise à partir du smartphone et des algorithmes sophistiqués permettent de détecter « le vrai du faux » selon les termes même de NEC; la photo est en effet comparée à une sorte d’empreinte d’identité de l’objet en question stockée dans une base de donnée spécifique. Chaque empreinte est unique, ce qui garantit de prouver très vite que l’objet contrôlé est conforme ou pas au modèle fabriqué en série par la marque ou qu’il s’avère être au contraire une simple copie.

Nec systeme anti-contrefaçon 1

Une simple photographie…

Les technologies de détection de la contrefaçon sont en pleine explosion depuis quelques années, lorsque les grands groupes privés ont compris à quel point cette montagne  de copies leur retirait du chiffre d’affaire, et ce dans des proportions très importantes. La technologie de NEC permet aussi de détecter si l’un des composants d’un produit ne correspond pas au cahier des charges, ce qui est un point essentiel pour des objets manufacturés devant répondre à des critères de sécurité stricts, comme ceux conçus et fabriqués pour la santé ou l’aéronautique par exemple, ou bien encore les jouets pour enfants.

Nec systeme anti-contrefaçon

… et le système peut déterminer si l’objet est conforme

NEC considère que sa solution est plus efficace que les contrôles par codes à barres ou les étiquettes d’identification électronique à radiofréquences (RFID). Et sur le plan de la rapidité de traitement, le japonais affirme que l’empreinte d’un millier de boulons peut être contrôlée en une seconde. Le système mis en place par NEC aurait déjà passé la phase des tests et devrait être rendue disponible aux entreprises japonaises dès 2015. Il est en tout cas un peu ironique de constater que le Japon, qui était souvent accuser de copier les entreprises technologiques américaines et européennes dans les années 90, est maintenant à la pointe de la lute contre le contrefaçon et souhaite mieux protéger ses entreprises technologiques. Mais en 30 ans, les choses ont changé…

Sourceclubic


Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos | Confidentialité |