Tendances :iOS 11iPhone 8Apple WatchSamsung Galaxy S8Comparateur Smartphone
Vous êtes ici : KultureGeek Geekeries et Insolite Big Hero 6 : une ville entière modélisée pour les besoins du film

Big Hero 6 : une ville entière modélisée pour les besoins du film

Big Hero 6, le dernier Disney en date, raconte les péripéties d’un groupe de jeunes geeks férus de technologies, qui vont devenir en quelque sorte des super-héros afin de lutter contre le super-méchant local. Ce dessin animé a reçu un excellent accueil critique aux Etats-Unis, mais il y a sans doute encore plus notable : les prouesses techniques qu’il a fallu mettre en oeuvre pour sa réalisation. Hank Driskill, le superviseur technique de Big Hero 6, a décrit dans les colonnes du site Geek les techniques novatrices mises en place pour les besoins du film, et c’est un peu comme si Disney avait tout remis à plat dans le domaine de l’animation de synthèse.

th_SanFranSokyo-590x247

La grande première de ce film d’animation est que pour la première fois une ville complète a été recréée, et pas seulement les bâtiments correspondants à la scène. Pourquoi s’imposer une contrainte aussi monumentale ? Parce que l’équipe en charge du projet estimait que c’était le seul moyen de faire en sorte que les spectateurs considèrent la ville imaginaire de San Fransokyo (mélange architecturale de Tokyo et de SanFrancisco) comme une entité parfaitement crédible, dotée d’une vie propre.

Big Hero 6-2

Avec ses 23 quartiers, et ses centaines de bâtiments, reproduire la ville était un challenge tellement relevé que Disney s’est servi d’un super-calculateur à plusieurs milliers de coeurs (55 000 exactement), capable d’effectuer des rendus complexes avec par exemple des procédés de Global Illumination pour les éclairages (multiples sources et calculs de diffraction et de diffusion des rayons lumineux dans la scène). Le moteur graphique de dernière génération Hyperion, couplé à cette surpuissance de calcul permet aussi à Baymax, le gros robot mou, d’être particulièrement crédible et de donner l’impression d’être fait d’une matière qui laisse se diffuser une partie de la lumière extérieure.

Le supercomputer de Disney est aussi un monstre de rapidité brute au niveau du rendu des scènes; Driskill affirme ainsi sans sourciller qu’un film comme Raiponce ne prendrait même pas 10 jours pour être entièrement modélisé et rendu sur le nouveau système, mais qu’il aura fallu environ 20 fois plus de temps pour finaliser Big Hero 6, ce qui en dit long sur le niveau de complexité technique atteint par le film.

Sourcegeek


Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos | Confidentialité |