Tendances :iOS 11iPhone 8Apple WatchSamsung Galaxy S8Comparateur Smartphone
Vous êtes ici : KultureGeek Science Z Machine : la course à la fusion nucléaire contrôlée est lancée

Z Machine : la course à la fusion nucléaire contrôlée est lancée

Alors que ces dernières années les recherches sur la fusion nucléaire contrôlée semblaient plus ou moins en dormance, voilà que coups sur coups plusieurs annonces semblent indiquer qu’il se passe enfin quelque chose bien au delà du seul et très médiatisé projet Iter. Après les annonces (presque trop belles pour être vraies) de Lockheed Martin, qui prévoit de produire un réacteur à fusion compact d’ici 5 à 10 ans, voilà que se manifestent à présent les chercheurs du laboratoire national de Sandia à Albuquerque (Etats-Unis). Et le procédé de fusion imaginé par ce laboratoire est à des encablures des solutions mises en place par Loockheed ou par Iter.

Les chercheurs d’Albuquerque ont en effet mis au point une machine utilisant une technique de compression à striction axiale (ou Z-pinch), ce qui explique le nom digne d’un roman de S.F dont on l’a affublé : la Z Machine. Les débuts des travaux de fusion autour de la Z Machine ont commencé en 2012, mais c’est donc seulement deux ans plus tard que des essais prometteurs semblent confirmer les choix de départ.

th_9630db3acc_41571_sandia z machine 2_Sandia Corporation_01

L’impressionnante Z Machine

Afin de faire monter au maximum la température du deutérium (condition de la fusion), les chercheurs ont placé l’isotope d’hydrogène dans un cylindre métallique (5mm de diamètre) et ont ensuite fait circuler dans ce cylindre un courant à très haute intensité (19 millions d’ampères) pendant juste une centaine de nanosecondes.

Le champ magnétique ainsi créé a « comprimé » le deutérium, générant des réactions permettant d’atteindre un stade plasmatique pouvant avoisiner les 35 millions de degrés, soit deux fois la température au coeur du soleil. Si ces résultats sont convaincants, il restent encore bien trop « énergivores » pour avoir un sens sur le plan de la production d’une nouvelle forme d’énergie performante et bon marché : il faudrait en effet multiplier par un facteur 10 000 le nombre de réactions pour que l’énergie ainsi générée dépasse celle nécessaire au simple démarrage de la Z Machine. En d’autres termes, il s’agit de passer du stade de mini-réacteur (voir de micro-réacteur) à celui d’une structure capable réellement de servir de source d’énergie utilisable et réutilisable par l’homme.



Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos |