Tendances :iOS 11iPhone 8Apple WatchSamsung Galaxy S8Comparateur Smartphone
Vous êtes ici : KultureGeek Apps Mobiles et Tablettes Sony arrête sa plateforme de vente d’apps Playstation-for-Android

Sony arrête sa plateforme de vente d’apps Playstation-for-Android

Si Android est un succès incontestable en volume d’unités écoulées, il semble toujours aussi compliqué pour les éditeurs de trouver un bon modèle monétisable qui puisse s’appuyer dessus. Le syndrome « Android ne sert que les intérêts de Google » en terme de services et d’applications semble se vérifier une fois de plus avec l’annonce par Sony de l’arrêt de sa plateforme Playstation-for-Android, qui n’a jamais rencontré le succès escompté.

th_sony-playstation-mobile

Au moins la boutique continue t-elle sur PS Vita…

Depuis 2011, Sony a pourtant tenté un coup qui semblait gagnant : placer une boutique applicative sur Android permettant d’accéder à un vaste catalogue de vrais jeux de qualité consoles hérités de la PS2. Et Sony avait vu plus loin que ses seuls mobiles Xperia puisque d’autres smartphones « certifiés » de marque HTC, Sharp, Alcatel ou autres, pouvaient accueillir la boutique de jeux Playstation. Sur le fond, l’argument du fabricant japonais paraissait imparable : Android souffre toujours autant de n’accueillir avant tout qu’une offre de jeux « casuals » presqu’exclusivement tournés vers le freemium, et il semblait donc légitime de penser qu’un AppStore avec de « vrais » jeux (dont de nombreuses licences reconnues) aurait trouvé sa place dans ce désert qualitatif.

th_sony-playstation-store

Des jeux dont le niveau global est très au dessus du tout venant du Google Play; et pourtant…

Las, les habitudes de gratuité (ou mieux de piratage d’applis) auront rapidement fait comprendre à Sony que la poule aux oeuf d’or promise au départ était en train de devenir l’un des pires flops de la société. Cet échec, qui fait écho aux difficultés de Samsung avec ses propres services sur Android, semble illustrer à nouveau la réalité d’un Android au seul service des intérêts de Google (on y revient), mais qui n’a pas grand chose à offrir en retour. Sans possibilités de différenciation (pour tous ceux qui veulent des apps Google placées dans leurs mobiles), sans monétisation rentable de services liés, (les utilisateurs se contentant de ceux de Google proposés gratuitement), les partenaires du géant de l’internet apprennent vite à leurs dépends que la taille de la part de marché n’est pas forcément le critère le plus important pour un éditeur d’applis ou de services.

Sourceengadget


Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos |