Tendances :iOS 11iPhone 8Apple WatchSamsung Galaxy S8Comparateur Smartphone
Vous êtes ici : KultureGeek Science La Cité de l’Espace : satellites, Planétarium, et des dizaines d’activités pour la sortie intelligente de votre été

La Cité de l’Espace : satellites, Planétarium, et des dizaines d’activités pour la sortie intelligente de votre été

Le saviez-vous ? La France est le pays qui possède le plus de parc à thèmes reporté au nombre de ses habitants. Si la plupart de ces lieux de loisirs font la part belle aux manèges classiques et autres attractions à sensations, d’autres centres font le pari de l’ouverture à la connaissance, toujours bien sûr dans un contexte ludique. La Cité de l’Espace est de ceux-là. Située à la périphérie de Toulouse, la Cité de l’Espace s’étale sur un espace assez concentré, ce qui s’avèrera assez pratique lors des allée-retours inévitables. Le ticket d’entrée en poche (comptez un peu plus de 60 euros pour deux adultes et un enfant, ce qui reste très raisonnable), je décide de ne pas m’arrêter tout de suite aux expositions interactives situées dans le premier bâtiment pour aller directement vers la plus grande attraction du Parc, composée de deux salles dont l’une est consacrée à la projection d’un film IMAX, Hidden Universe, tandis que l’autre s’avère être un superbe Planétarium.

Cite-espace-ariane 5

La réplique d’Ariane 5 trône sur le parc

-cite-espace-full

L’un des nombreux satellites qui parsèment les allées du parc

Avant d’y accéder, nous passons la Porte des Etoiles située à l’extérieur du parc, qui est en fait une succession de photographies « dé-zoomant » sur l’endroit où nous nous situons, afin de bien faire comprendre la petitesse de notre condition terrestre. A chaque porte, la photo  agrandit la scène d’un facteur 10, ce qui fait que très vite nous rejoignons l’espace profond; point original, lorsque l’on repasse la porte dans l’autre sens, on a alors droit au phénomène inverse, de l’espace jusqu’à notre position dans le parc. Bien vu. Tout l’extérieur du parc est en fait un vaste lieu d’exposition où il est possible d’admirer les reproductions grandeur nature de nombreux satellites, sous l’ombre bienveillante d’une gigantesque fusée Ariane 5.

IMAX®_3D_movie_Hidden_Universe_showing_the_surface_of_Mars

Image tirée du film IMAX Hidden Universe : ici, la surface de Mars

Place à l’IMAX donc. Le film projeté, Hidden Universe, explique les recherches d’un astronome (dont j’ai oublié le nom) qui tente de percer les mystères (cachés donc) de l’espace profond, en utilisant les performances d’un des plus gros télescopes actuels. Si la vision des galaxies les plus lointaines reproduites dans une 3D magnifique a quelque chose de sidérant, ce n’est rien par rapport aux images réelles de Mars, prises par l’ European Southern Observatory (ESO), qui offrent un point de vue exclusif (et toujours en 3D) d’une telle qualité que l’on a littéralement l’impression de survoler la planète rouge comme on le ferait de n’importe quel endroit de notre globe. Impressionnant et … surprenant, puisque j’étais très loin de me douter que nous possédions des images de Mars d’une telle précision.

Cite-espace-planetarium

Le (très beau) Planétarium, aux sièges confortables

Le Planétarium ne fait pas baisser l’intensité. Beaucoup plus beau que celui  de la Cité des Sciences à Paris, il propose deux thématiques : d’une part la découverte des météorites et l’importance des collisions spatiales dans l’émergence du « neuf » (dont notre propre apparition sur Terre) et d’autres part un petit cours sur notre voie lactée et la reconnaissance des constellations dans le ciel visible à l’oeil nu. Cette seconde partie est d’autant plus intéressante que le guide qui nous accompagne, visiblement (et heureusement) très calé sur la question, manipule en direct la perspective sur le champ d’étoiles, un procédé qui aura sans doute permis à certains de comprendre que les étoiles d’une même constellation ne se trouvent pas toutes à égale distance de la terre.

Mir-Cite-espace

La réplique de la station MIR

Après cette  belle mise en jambe, direction le Terradome, qui se trouve juste à quelques dizaines de mètres de distance (oui, la Cité de l’Espace est plutôt un petit parc). Avant d’y parvenir, nous tombons sur des répliques grandeur nature de deux des plus fameux engins spatiaux jamais fabriqués par l’homme, Soyouz et la Station MIR. Si Soyouz se limite à la reproduction de la cabine où se situaient les astronautes (ce qui n’est déjà pas si mal et plait beaucoup aux enfants qui peuvent y pénétrer), la Station MIR se révèle d’un tout autre niveau. Il est en effet possible de visiter l’intérieur de la station, dont certaines parties agrémentées de mannequins reproduisent les scènes de la vie à bord; l’occasion de constater à quel point l’espace y est exigu, ce qui donne une (petite) idée de l’entrainement sans doute nécessaire (physique et psychologique) pour (sur)vivre dans un environnement aussi confiné.

astronaute-cite-espace

« Allo Houston ? »

Arrivés au Terradome, nous  constatons que l’endroit n’est pas une exposition consacrée à la géologie terrestre mais un immense quizz par équipes, qui permet aux familles présentes de s’affronter dans une série de questions-réponses. Les questions de départ sont relativement faciles, mais le jeu se corse assez vite (ce qui n’aura pas empêché votre serviteur et sa petite famille d’accéder à la finale, non mais…). A côté du Terradome, nous constatons la présence d’un petit observatoire astronomique fermé dans la journée, mais qui visiblement accueille des groupes de passionnés pour des observations nocturnes. L’initiative est louable.

Cite-espace-expositions interactives

Les dispositifs interactifs sont très nombreux : ici, la Zone de lancement

La dernière partie de la visite se déroulera dans le bâtiment situé à l’entrée du parc, qui regorge en fait d’expositions interactives découpées en plusieurs thématiques : le Pôle météo, le Quai du système solaire, L’Observatoire,  ou bien encore le Vaisseau Terre. De loin la partie la plus dense en contenus, ces expositions interactives semblent tellement riches qu’on ne sait bientôt plus où donner de la tête. Mon coup de cœur est la reproduction du robot martien Curiosity, réalisé grâce à la collaboration de 200 étudiants en écoles d’ingénieur.  L’engin ne peut que séduire les amoureux de conquête spatiale et s’avère étonnamment proche du modèle original (conçu et réalisé par la NASA).

curiosity

Curiosity, ou plutôt sa réplique, réalisée par 200 élèves ingénieurs

Le bilan de cette journée ?  Bien sûr très positif au global, même si l’on aura pu constater qu’il n’y avait pas la foule des grands jours (un samedi tout de même), un léger manque d’ambiance somme toute positif puisqu’il nous aura permis de faire l’intégralité des « attractions » sans jamais avoir à faire la queue. Au final, la Cité de l’Espace s’avère être un parc petit par la taille mais riche en contenus, qui ne joue jamais la carte de la facilité en proposant des activités qui réussissent souvent à stimuler la part la plus noble de notre humanité : notre intelligence.  Par les temps qui courent, c’est déjà beaucoup.

 

 

Renseignements complémentaires :

Tarifs :

Cite espace-tarifs

Site et réservation : Cité de l’Espace 

Hébergement : Les hôtels pullulent aux alentours du parc, certains proposant la nuit pour moins de 50 euros pour 3 personnes.



Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos |