Tendances :iOS 12iPhone XSApple WatchSamsung Galaxy S9Android 9.0 P

[Test] Samsung Galaxy A8 (2018) : un smartphone très polyvalent, et au tarif compétitif

Samsung a toujours positionné son Galaxy A8 (ici cuvée 2018) comme le porte étendard d’un moyen de gamme…qui lorgne franchement vers le haut de gamme; avec son écran AMOLED (au même format que celui du S8), ses 32 Go de capacité de stockage, sa certification IP68 (résistance à l’immersion courte et à la poussière), son processeur Exynos 7885 accompagné de 4 Go de RAM et du GPU Mali-G71 et même un capteur d’empreinte (mieux placé au dos que celui du S8) le A8 possède à priori les arguments techniques pour justifier son tarif de 499 euros environ; à priori, donc, mais qu’en dit notre test ?

Une finition premium

Le Galaxy A8 n’affiche pas la même robe futuriste que ses glorieux ainés le S8, S8+ou bien encore Note 8. Pour autant le design s’affine et les matériaux utilisés font vraiment plus « haut de gamme »; le dos de l’appareil s’orne en effet d’une couche en verre du meilleur effet…mais très sensible aux marques de doigts. L’écran s’inspire en revanche clairement de la gamme premium : la dalle AMOLED passe pour la première fois au format 18,5:9, ce qui ne signifie pas pour autant qu’on puisse parler ici d’écran bordless; les bordures sont en effet bien présentes (sur les côtés de l’écran aussi). Malgré ses dimensions (5,6 pouces de dalle), le A8 tient bien en main, et son capteur d’empreinte, miracle, « tombe » beaucoup mieux sous les doigts que celui du S8, le capteur biométrique étant situé sous l’APN et non à côté ; l’appareil est un peu lourd ( 170 grammes), mais c’est désormais le lot de nombre de smartphones avec des écrans « larges ».

Une dalle AMOLED qui tient ses promesses

Sans surprise, la dalle 5,6 pouces AMOLED tient largement ses promesses. Contraste quasi infini, précision colorimétrique proche de la perfection, absence de rémanence, très bonne visibilité en plein jour malgré une luminosité maximale un peu décevante (445 cd/m²), les 2 220 x 1 080 pixels de la dalle FHD+ donnent ici tout leur potentiel. La dalle du A8 a peu moins de « punch » que celle d’un S8 ou d’un iPhone X tout de même, mais les différents réglages proposés permettent d’obtenir un rendu proche de ses goûts personnels. Ce bel écran ne bénéficie malheureusement pas d’une partie son à la hauteur. L’unique haut parleur du A8 s’avère vraiment limité (absence de spatialisation, de puissance et surtout de précision sonore), et l’on ne s’en sortira qu’en passant par la sortie casque qui n’évite pas un peu de distorsion dès lors qu’on pousse un peu le volume. On est tout de même assez loin de la très bonne tenue sonore des S8 et Note 8…

Des performances au niveau

Les performances brutes du Galaxy A8 seront largement suffisantes pour faire tourner les derniers jeux Android. Le choix d’un Exynos à huit coeurs (2×2.2 GHz Cortex-A73 & 6×1.6 GHz Cortex-A53) ainsi que du GPU Mali-G71 permet d’envisager les usages les plus lourds, même s’il ne faut pas rêver transformer son A8 et centre de calcul portable. Très bon point : même sur des jeux très exigeants, l’appareil ne chauffe pas trop , ce qui nous change des pics de températures des S8 ou Note 8; mais la puissance sous le capot n’est pas tout à fait la même non plus. Et puisque l’on parle de performances, disons un mot sur le capteur d’empreintes, qui se montre extrêmement réactif et avec une très faible marge d’erreur; et cette fois, on ne se retrouve pas une fois sur deux à appuyer sur l’APN au lieu du capteur biométrique. Espérons que le futur S9 bénéficiera lui aussi d’un capteur d’empreinte mieux positionné. La surcouche de Samsung, placée au dessus d’Android Nougat (7.1), s’avère très réactive et ne semble pas pénaliser les performances globales du mobile. L’interface TouchWizz mériterait certes un petit « ravalement de façade » et ne brille pas vraiment par son originalité, mais rien qui ne soit vraiment gênant à l’usage…

Moyen en photo malgré une optique prometteuse

S’il y a bien un domaine où le A8 ne brille pas particulièrement, c’est en photo; pour tout dire, nous avons été vraiment déçus par les résultats obtenus avec ce mobile. Lissage grossier en basse luminosité, manque de piqué, les photos prises avec le A8 s’avèrent moyennes dès que l’on sort des conditions de luminosité optimales (ce qui arrive bien sûr très souvent); l’autofocus est certes réactif, comme sur la plupart des appareils Samsung moyen/haut de gamme, mais pour un capteur de 16 MPx à ouverture  f/1,7, on était en droit des attendre à mieux. Alors certes, l’absence d’un double capteur se fait forcément ressentir, mais ici ce n’est pas l’optique qui est en cause mais bien l’ISP (Image Signal Processor) que Samsung utilise avec ce modèle, un choix logiciel qui grève le réel potentiel d’un capteur sans doute capable de bien mieux.

Une constante sur tous ces clichés : ils manquent de piqué et le rendu des couleurs est assez terne

Paradoxalement, Samsung semble avoir fait plus d’efforts sur le double capteur photo situé en façade (16 MPx + 8 MPx ouvrant tous deux à  f/1,9); le double capteur permet de proposer une fonction portrait assez proche de ce que fait Apple; mais malheureusement, les résultats sont encore plus instables et le lissage là encore bien trop présent…

Autonomie : la journée (facile) sans fil à la patte

L’autonomie du Galaxy A8 2018 est à l’image des précédents appareils de la gamme : excellente. Comptez une quinzaine d’heures d’autonomie (usage courant surf+mail/message+jeux+quelques appels) avec le mode Always On activé et 2 ou 3 heures supplémentaires sans ce mode d’affichage permanent. La batterie de 3000 mAh est parfaitement exploité. Dans le monde réel, cela signifie que le A8 a de quoi tenir allègrement au delà d’une journée et poussera même à la fin de la seconde journée en cas d’usage assez sobre. Peu de smartphones actuels peuvent en dire autant.

Conclusion

En conclusion, le Galaxy A8 est un appareil vraiment polyvalent et presque sans fautes notes; mais au tarif proposé de 499 euros, on aurait souhaité bénéficier d’une partie photo plus aboutie (à croire que Samsung réserve le meilleur pour sa gamme Galaxy S et Note) et d’un second haut parleur. D’autres éléments techniques relèvent toutefois le niveau : le Galaxy A8 est un smartphone à la finition premium, très autonome, et dont l’écran AMOLED n’a presque rien à envier à celui du Note 8 . A ce tarif, cette fois, ces points forts font un peu plus que compenser les quelques points faibles…pour peu qu’on ne choisisse pas le A8 avant tout en tant que photophone…

.

Le Samsung Galaxy A8 est disponible sur le site Amazon à 470 euros (promo temporaire) dans les teintes suivantes :

8,5/10

Affichage

7,5/10

Design

7/10

Performances

9/10

Autonomie

7,5/10

Notre avis

- Très bon écran 
- Bonnes performances globales
- Capteur d'empreinte bien placé
- Excellente autonomie
Pour
Contre
- Haut Parleur moyen
- Partie photo décevante 
- Design un peu trop conventionnel


Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos | Confidentialité |