Tendances :iOS 11iPhone 8Apple WatchSamsung Galaxy S8Comparateur Smartphone

[Test] Absolver : c’est dur mais c’est bon

Sloclap, nouveau studio parisien composé de vétérans de l’industrie, travaille depuis un moment maintenant avec Devolver Digital sur Absolver. Le concept du jeu est pour le moins unique, puisqu’il mêle les deux genres que sont le RPG à la troisième personne, avec la progression de personnage et la recherche d’équipement que ça implique, et le jeu de combat traditionnel. Sur le papier, le défi est de taille, et ce premier projet du studio pourrait bien être décisif en ce qui concerne son futur. Par honnêteté intellectuelle, je dois cependant prévenir : les jeux de baston ne sont pas mon domaine d’expertise. D’aucuns diraient même que j’y suis spécialement mauvais. Cela étant dit, c’est parti pour le test.

Une baston simple qui ne manque pas de profondeur

Le système de combat autour duquel le jeu est bâti est unique. Pas besoin de placer des combos d’inputs savamment timées en appuyant sur les bons boutons, de même qu’il n’est pas nécessaire de garder spécifiquement les coups hauts ou bas. Chaque bouton contrôle une séquence de coups qui se déroulera quoi qu’il arrive, même si un bon timing permettra de l’exécuter de façon plus rapide et fluide. Néanmoins, ça ne signifie en rien qu’il sera facile de combattre. Chaque style de combat dispose de ses propres coups et spécificités, et même de blocages particuliers. Il s’agit donc de personnaliser au mieux son move-set avec les cartes découvertes au fil du jeu, pour trouver les attaques les plus appropriées de chacun. Ce qui prend un temps considérable tant les options à tester sont nombreuses et longues à maîtriser. Afin d’obtenir des nouveaux mouvements, il faudra tuer encore et encore des PNJ pour enfin apprendre des coups précis. L’investissement en temps est donc conséquent, et clairement pas toujours amusant, mais le sentiment à l’obtention de la récompense en vaut le coup. Le souci majeur avec ce système vient à mon sens du mélange avec le RPG, qui signifie que l’équipement a un impact sur la progression. Fatalement, un joueur d’un niveau plus élevé avec de l’équipement plus puissant aura un avantage de taille sur un débutant, peu importe l’habileté de ce dernier.

Un open-world labyrinthique et souvent creux

Le jeu propose, en plus des combats entre joueurs, un mode solo qui plonge le protagoniste dans une quête mystérieuse entre recherche d’absolution et vengeance. Et pour progresser dans cette histoire, il faudra traverser le monde qui n’est pas bien grand – et c’est plutôt une bonne chose. Le level design en rendra plus d’un confus, et le chemin à emprunter pour passer à l’étape suivante n’est pas toujours évident. On se perd au début assez souvent pour rien, ce qui peut frustrer. De plus, cet open-world sonne creux : en effet, seuls quelques PNJ ci-et là sont à combattre, on retrouve assez peu d’adjuvants ou de personnages à dialogues pour donner du sens à la progression. Fort heureusement, on peut ouvrir l’expérience aux autres joueurs, qui pourront ainsi rejoindre la map. Les interactions sont réduites, mais le jeu en devient riche : c’est toujours très satisfaisant de parvenir à coopérer sans avoir tous les outils de communication traditionnels, et la communauté est, dans son ensemble, sympathique, ouverte, et prête à aider en cas de besoin. Même s’il est aussi possible (bien que très rare) de se faire détruire sans avoir rien demandé à personne par des joueurs qui n’avaient rien de mieux à faire.

Des petites imperfections techniques

Côte technique, l’expérience est globalement agréable. Le design graphique du monde et de ses personnages propose du cel-shading assez épuré, et même si ça ne convaincra pas tout le monde, j’ai pour ma part trouvé que l’idée fonctionne très bien, et vient renforcer l’ambiance mystérieuse du monde. L’optimisation n’est pas encore parfaite, mais aucun problème majeur n’a été rencontré et le jeu était plutôt fluide (malgré une machine de test qui commence à dater). Les principaux soucis sont arrivés quand le mode 1v1 en ligne a été lancé : pas mal de déconnexions et de lags sur la première version du jeu, et quelques soucis du genre subsistent encore après la mise à jour corrective (même si on en rencontre bien moins, la correction a donc plutôt bien fonctionné). Enfin, le dernier reproche qu’on pourrait faire au jeu concerne également ce matchmaking, que j’ai trouvé peu équilibré. On apprend plus facilement en perdant, il est vrai, mais l’écart de niveau est parfois tel que l’apprentissage n’est plus qu’un lointain souvenir.

Conclusion : Hit me like a man

Que dire donc d’Absolver? En somme, c’est une réussite pour la première sortie de Sloclap, qui propose un nouveau système de combat aussi solide que fun. Quelques petits soucis techniques viennent ternir quelque peu l’expérience, mais les fans de jeux de combat et les joueurs qui recherchent une expérience nouvelle et fraîche sauront passer outre pour aller s’écharper dans la joie et la bonne humeur.

8/10

Notre avis

-Le système de combat riche et fun
-Le design global simple et efficace
-L'ambiance mystérieuse
-Les interactions entre joueurs
-Styles de combats variés
-Animations fluides
Pour
Contre
-Chronophage
-L'open-world qui sonne creux
-Matchmaking : Equilibrage et réseau pas au top
-Manque de variété en ligne (1v1 uniquement)


Signaler une erreur dans le texte

Intéressant ? Partagez la news !

Laisser un commentaire





Quelques règles à respecter :
1. Restez dans le sujet de l'article
2. Respectez les autres lecteurs: pas de messages agressifs, vulgaires, haineux,…
3. Relisez-vous avant de soumettre un commentaire : pas de langage SMS, et vérifiez l'orthographe avant de valider (les navigateurs soulignent les fautes).
4. En cas d'erreur, faute d'orthographe, et/ou omission dans l'article , merci de nous contacter via la page Contact.

Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires qui ne respectent pas ces règles

Partenaires : iPhone - Culture Geek - iAddict

© 2012-2017 i2CMedia Ltd. | A propos |